Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Festival de films AlimenTERRE : Karfa Diallo de l'ONG Enda Pronat défend la polyculture sur RFI | Comité Français pour la Solidarité Internationale

bannière programme

Festival de films AlimenTERRE : Karfa Diallo de l'ONG Enda Pronat défend la polyculture sur RFI

Karfa Diallo, de l'ONG sénégalaise Enda Pronat ©agrobiosciences-orgInvité international du Festival AlimenTERRE, Karfa Diallo défend la polyculture au micro de RFI dans le cadre de l'ouverture de la COP21 à Paris. Sur le même sujet, le documentaire "Maintenant nos terressur l'accaparement des terres a fait partie de la programmation du festival AlimenTERRE 2015.

Focalisés sur les effets de serre, les débats qui ouvrent la grande conférence internationale sur le climat occultent les questions de développement et de sécurité agricoles.

Le réchauffement climatique impacte à la baisse le niveau de pluviométrie et à la hausse le degrès de salinisation des terres, menaçant directement l'avenir de l'agriculture vivrière en Afrique.

Contre l'accaparement des terres par de grandes entreprises étrangères, le modèle d'exploitation familial et la polyculture restent le plus sûr moyen de lutter contre la précarisation des populations agricoles.

Enfin, Karfa Diallo rappelle que le développement des exploitations familiales souffre du manque d'aides - notamement des Etats - et serait bien plus créateur d'emplois que les grandes exploitations mono-culture proposées comme c'est le cas, par les entreprises étrangères.

Ecouter l'interview