Au Togo : le jus Léleng au service du développement local

On connaît bien la noix de cajou, mais connaissez-vous la pomme de cajou ? Aussi appelée pomme d’anacarde, ce fruit est en réalité le pédoncule de la noix de cajou, et il est 100% comestible. Au Togo, sa consommation ne cesse d’augmenter car la pomme de cajou est réputée pour ses valeurs nutritionnelles élevées, son parfum et son jus, appelé jus Léleng. Pourtant le plus souvent, les pommes tombées pendant la récolte des noix sont laissées au sol et pourrissent.

La filière anacarde fait depuis quelques années l’objet d’un regain d’intérêt auprès des producteurs agricoles. C’est le cas de la coopérative Espérance, créée en 2012 et installée à Tchamba.
Composée de 15 membres dont 12 femmes, la coopérative transforme la pomme d’anacarde de façon artisanale de février à mai. Les fruits sont achetés directement chez les producteurs d’anacarde au champ lors de la récolte des noix de cajou. Ils sont ensuite acheminés jusqu’à la coopérative où ils sont lavés et pressés à l’aide d’une presse locale. Le jus récupéré est filtré, embouteillé et pasteurisé. Le conditionnement est également assuré par les membres de la coopérative.

Avec pour ambition de proposer des produits agroalimentaires durables et de qualité, la coopérative fait par ailleurs la promotion de l’agroécologie en formant ses producteurs à la fabrication de biofertilisants et biopesticides, aux techniques d’agroforesterie, ou encore à l’entretien écologique des plantations.

Grâce au coup de pouce financier du CFSI, la coopérative a investi dans du matériel plus performant et renforcé les capacités de ses 15 membres (production, comptabilité, gestion administrative et financière). Cela va lui permettre d’augmenter sa production pour mieux répondre à une demande de plus en plus forte des consommateurs togolais.

Locadie N’Gbala , membre de la coopérative, témoigne :

« La production de jus Léleng était très pénible pour nous. Notre matériel de travail n’était pas très performant ; cela ralentissait les travaux et accentuait les risques de dénaturation des pommes récoltées. Parfois, nous étions obligés de veiller pendant des jours pour finaliser rapidement le travail et ainsi garder le jus en bon état pour la consommation. Mais grâce aux nouvelles machines, nous sommes convaincus que la pénibilité de ce travail sera réduite. »

La coopérative Espérance ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. D’ici 2030, elle souhaite développer des initiatives de transformation agroalimentaire durable avec un impact environnemental positif grâce à la séquestration du carbone (via l’agroforesterie) et en valorisant les déchets de transformation des pommes et noix de cajou pour la production d’engrais organique.

Pour nous permettre de continuer à soutenir des initiatives durables, nous avons besoin de vous : faites un don.

 

Crédits photos : © SCOOPS Espérance

Autres projets dans la thématique

Au Bénin : développons l’élevage de poulet local
L’élevage industriel a démultiplié la quantité de nourriture disponible tout en en réduisant drastiquement son coût.  Alors qu’en 1960, un poulet de 56 jours pesait en moyenne 905 grammes,...
En Côte d’Ivoire l’élevage de tilapias prend son essor
Si la Côte d’Ivoire est reconnue pour ses plantations de cacao, l’élevage de tilapias constitue un complément important de revenus et une bonne source de protéines pour la population rurale....
Contre la crise alimentaire en Afrique de l’Ouest, tous solidaires !
« Le prix du pain a été multiplié par deux et la population fait face à de graves problèmes d’approvisionnement en essence. ...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.