Les cantines scolaires, un rempart contre la malnutrition infantile

cantines scolaires au Sénégal, GRDR

Fatoumata Bintou Ngom, Présidente de l’Association de Parents d’élèves du lycée Abdoulaye Sadji au Sénégal témoigne :

fatoumata bintou ngom« Avant la création de la cantine au lycée, il n’était pas rare que les enfants fassent des malaises car il ne mangeaient pas à leur faim. Certains cours se terminent à 19h et nombre d’entre eux viennent de loin le ventre vide. En tant que parents d’élèves, nous nous sommes engagés à suivre et pérenniser la cantine. Nous avons lancé une campagne d’appel de fonds à toutes les personnes et surtout les anciens du lycée pour en soutenir le financement. Mais nous peinons à obtenir un appui conséquent des autorités locales. Pourtant, il ne se passe pas un jour où les autres écoles ne m’interpellent pas sur les cantines. Elles veulent toutes en bénéficier. »

Dans le département de Rufisque, la moitié des enfants âgés de 6 à 12 ans ne prennent pas de petit-déjeuner et un tiers souffre de carences en vitamines et minéraux. La rareté des cantines scolaires (seulement 13 % des écoles en possèdent) oblige les enfants à acheter des aliments de piètre qualité auprès de restauratrices de rue (sandwich à base de pain et pâte alimentaire à forte concentration en huile).

Dans le cadre du programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest, le Grdr, membre du CFSI, porte un projet de développement de cantines scolaires en circuits courts. Ce projet s’inscrit dans un plan de développement territorial plus large, initié par le département de Rufisque, dont les objectifs sont de lutter contre la malnutrition infantile, soutenir la production locale de fruits et légumes et optimiser la gestion des cantines scolaires en améliorant notamment la qualité des repas et le respect des normes d’hygiène. Par ailleurs, la participation active des parents d’élèves à la création de 2 cuisines centrales pour l’approvisionnement des cantines de 9 écoles, représentant les besoins de 2 100 enfants, permet de sensibiliser la population aux avantages d’une alimentation saine et durable.

La première cuisine est installée depuis le 25 janvier 2021 au sein du lycée Moderne de Rufisque. Elle a permis de fournir 55 000 repas sur 9 mois. Une seconde cuisine est installée dans la commune de Yene. Elle a démarré le 20 mai 2021 et a servi 11 300 repas sur 4 mois. Concernant la fourniture en fruits et légumes, des contrats de partenariats ont été signés avec 10 organisations de producteurs locaux.

Voir le reportage sur VOA Afrique (13min43)

Malgré de gros efforts déployés afin de trouver des fonds pour financer ces cuisines et un réel intérêt des communes de Bambilor et de Bargny pour rejoindre le projet, les cuisines ne sont toujours pas rentables. C’est pourquoi, le CFSI et ses membres ont besoin de votre soutien afin que ce type de projets puisse se développer, faites un don.

Logo compagnie fruitière

Avec le soutien de la Compagnie Fruitière.

cantines scolaires au Sénégal, Rufisque, Grdr

Autres projets dans la thématique

Mobilisation pour des accords de commerce solidaires avec le Sud
Alors que les poudres de lait, bouillons de cube, pains et pâtes à base de blé, volailles surgelées et autres produits importés à bas coûts inondent les marchés ouest-africains, la destruction...
Togo : face au changement climatique, une agriculture durable est possible !
Les effets du changement climatique sont bien présents au Togo : inondations, périodes de sécheresse, érosions sont devenus le quotidien des agriculteurs et agricultrices. Résultat, la part de...
Au Burkina Faso : la commande publique au secours du consommer local
Le Burkina Faso fait partie des pays les plus pauvres au monde. Malgré les interventions du Gouvernement et des campagnes agricoles plutôt favorables, la population fait face à des taux de...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.