Au Sénégal : du lait de chèvre pour tous les écoliers !

enfants à la cantine-sos-faim-2018046

Au Sénégal, le déploiement des écoles sur le territoire s’est accompagné depuis 2014 de plans d’aide pour le financement des cantines scolaires. Dans un contexte de populations défavorisées, ces dernières sont une réelle avancée du point de vue quantitatif car elles participent à la fourniture des « 3 repas » journaliers. Mais d’un point de vue qualitatif, les repas, issus de matières premières de piètre qualité et diversité, sont loin de fournir les nutriments nécessaires au bon développement des enfants. Par ailleurs, le recours massif à des denrées importées ne contribue pas à soutenir l’économie locale, majoritairement paysanne.

Ce projet a été développé grâce à l’expérience acquise à l’occasion d’un autre projet de développement de cantines scolaires soutenu par le CFSI au Sénégal. Après les régions urbaines de Dakar et Ziguinchor, l’objectif est de s’adresser à des populations en milieu rural très vulnérables, en ciblant les départements de Fatick et Gossas, dont le taux de malnutrition aiguë atteint les 13,3 % et qui préoccupent beaucoup les autorités sénégalaises.

3 500 élèves répartis sur 15 établissements scolaires, ainsi qu’une centaine de maraîchers et 300 productrices et transformatrices de lait de chèvre de la région, bénéficient directement de ce projet, porté par SOS Faim et son partenaire, l’Association nationale des programmes de développement intégrés (ANPDI).

Afin d’enrichir les menus avec des yaourts à base de lait de chèvre, il a été nécessaire de travailler sur l’amélioration de la chaine de production locale. Avec l’accompagnement et la mise en place de règles d’hygiène et de stockage adéquats, la production laitière a été augmentée de 80 % en 3 ans ! Des contrats de partenariats ont été formalisés avec les productrices de lait, afin de sécuriser les débouchés.

Elles témoignent :

Fatou DIOUF, Présidente des femmes transformatrices de lait de l’Association Régionale des Eleveurs Caprins

« Nos enfants bénéficient d’un repas nutritif et sain à la cantine deux fois par semaine. Quelle satisfaction de savoir que nous avons nous-mêmes transformés ces produits ! Le savoir-faire de l’ANPDI en termes d’élevage caprin nous a permis de développer notre production laitière. Nous avons reçu du matériel pour les unités de transformation et avons été accompagnées pour la commercialisation de nos produits auprès des cantines scolaires ».

Mademoiselle SENE, Présidente du gouvernement scolaire de l’école primaire de Ouyal Sandé (commune de Mbellacadiao) 

« Ce projet contribue à lutter contre la faim et l’abandon en milieu scolaire. Certains enfants habitent à 3 km de l’école, s’ils doivent rentrer à pied déjeuner chez eux, il leur est impossible de revenir l’après-midi pour suivre les cours. D’autres attendent le ventre vide les enseignements de l’après-midi. Hélas, comme le dit l’adage « un ventre creux n’a point d’oreilles ».

Avec l’appui de l’ANPDI et les cotisations en nature des parents d’élèves, nous avons pu proposer des plats locaux aux enfants. A présent, je demande à mes collègues de devenir des ambassadeurs pour qu’ensemble nous arrivions à gagner la bataille du consommer local et éradiquer la faim à l’école. Je vous remercie ».

L’alimentation scolaire en circuits courts, une thématique phare pour le CFSI

Le programme Promotion de l’Agriculture Familiale en Afrique de l’Ouest porte une centaine de projets de terrain par an pour l’accès à une alimentation saine et nutritive aux plus vulnérables. Dans le cadre de ses activités d’animation auprès de ses membres et partenaires, il partage les expériences et les résultats de recherche au cours d’ateliers de discussion. Concernant les enjeux de l’alimentation scolaire au Bénin, Burkina Faso, Sénégal et Togo, un webinaire a été organisé en novembre 2021, auprès de 100 participants en collaboration avec les plateformes paysannes nationales de ces quatre pays.

Afin de soutenir nos actions, faites un don.

Autres projets dans la thématique

Au Burkina Faso, soutenir les jeunes entrepreneurs ruraux
En Afrique, les impacts économiques et sociaux de la Covid-19 tels que le chômage, l'insécurité alimentaire ou les conflits armés sont une préoccupation majeure pour la jeunesse africaine. ...
Covid-19 : mobilisons-nous pour la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest !
Au Burkina Faso, les citadins achètent leurs fruits et légumes au bord des routes ou dans les quartiers populaires. Avec les mesures de confinement, et alors que les récoltes battaient leur plein,...
Au Sénégal, la souveraineté alimentaire passe par le manger local et durable à la cantine
Avec une population de plus de 500 000 habitants en croissance constante, les activités économiques du département de Rufisque subissent des mutations majeures. Parmi elles, une perte d’espaces...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.