Solidarité Niger : le projet Nariindu récompensé

Niger : le projet Nariindu récompensé

Le 16 octobre 2011, le projet Nariindu, porté par l’Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement (Iram) et l’ONG Karkara, a reçu le prix de la Fondation de France pour une Alimentation durable et responsable. A travers ce prix, tous les éleveurs de la plateforme de collecte de lait créée dans le cadre du projet sont récompensés. M. Ali Kado, président du centre de collecte de Kollo, petite ville située à 30 kilomètres de Niamey, les représentait à Paris.

Le projet Nariindu* : Une offre de produits laitiers peu satisfaisante

Au Niger, l’industrie laitière du pays dépend en grande partie d’importations de poudre de lait en provenance d’Amérique du Sud et d’Europe. Les consommateurs locaux apprécient peu ce lait reconstitué aux faibles qualités nutritives et gustatives. Des laiteries artisanales qui vendent le lait nigérien en circuits courts sont pourtant très actives mais elles ne peuvent fournir que de faibles volumes en raison d’une production trop faible pendant la saison sèche et de la qualité insuffisante du lait due à des problèmes de collecte et de stockage.

Miser sur des produits « 100 % nigériens »

Avec l’appui de l’Iram et de Karkara, les éleveurs de la périphérie de Niamey ont organisé des centres de collecte qui réceptionnent, stockent et contrôlent le lait. Ce sont aussi des plateformes de services aux éleveurs. Ces centres ont fait leurs preuves. Ils intéressent aujourd’hui les industriels du secteur. L’entreprise SOLANI a signé un partenariat avec un centre de collecte à des prix avantageux pour les éleveurs et souhaite aller plus loin en proposant une ligne de produits laitiers uniquement à base de lait local. Cela suppose d’améliorer l’approvisionnement en lait, en particulier en saison sèche, période durant laquelle le bétail se nourrit mal et où la production baisse.

Témoignage d’Abdourhaman Salou (Uprolait)

« Avant, nous parcourions une soixantaine de kilomètres pour vendre le lait et parfois nous revenions bredouilles puisque la laiterie le refusait pour défaut de qualité. Aujourd’hui Karkara et ses partenaires nous ont aidés à viabiliser notre centre de collecte situé à environ 10 km de notre village. Par ailleurs, nous avons obtenu 50 francs CFA de plus sur le prix d’achat du litre de lait (250 à 300 francs CFA). Nous avons également pu mettre en place une banque d’aliment pour le bétail. Cela nous permet de disposer d’un stock de proximité et nous facilite l’accès aux aliments à tout moment et à prix abordable. Nous disposons aussi des produits vétérinaires dans le village grâce à notre agent de santé animale qui est sur place. »

Consolider la collecte pour changer d’échelle

L’entreprise SOLANI va prochainement formaliser un nouveau type de contrat avec les centres de collecte : en échange d’avances de trésorerie, les centres de collecte vont s’engager sur des objectifs de livraisons à SOLANI en termes de quantité, qualité et prix. Grâce aux avances de trésorerie, il va être possible de recruter de nouveaux collecteurs et de répercuter les avances aux éleveurs sous forme d’aliments pour bétails.

Cette synergie industrie laitière / élevage pastoral est un modèle compatible avec la croissance rapide des villes, et le souhait des consommateurs de pouvoir continuer à consommer leur production locale, tout en respectant l’environnement et le mode de vie des populations rurales. Un projet à suivre de près…

Ce projet est financé à hauteur de 29 500 € par les donateurs du CFSI et l’Agence Française de Développement dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest ». Pour la continuité des actions du CFSI, votre soutien est indispensable, faites un don.

* Le nom du projet provient d’une légende Peul qui fonde le caractère sacré du lait : Ilo Yeladi, d’illustre ascendance, est marqué à la naissance par le malheur. Mais, guidé à ‘’téter’’ (le trayon nariindu) le lait miraculeux de la vache, il prend le dessus et devient, par la grâce du lait, le plus grand parmi les plus grand des Peuls.

Nariindu – crédit photo : Iram / Karkara

Autres projets dans la thématique

Au Niger : une éleveuse témoigne « Sauvons le lait local »
Depuis 2019 le CFSI anime en France la campagne « N’exportons pas nos problèmes », une initiative d’ONG belges et françaises née en soutien à...
En Guinée Conakry, les vendeuses de rue en première ligne pour le bien manger
La restauration de rue est un secteur économique de première importance dans les villes ouest-africaines : un grand nombre de femmes mènent cette activité rémunératrice sur le pas de leur porte...
Innover face à la crise : avec Acting for Life au Bénin, au Burkina Faso et au Togo
Le programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao), porté par le CFSI et la Fondation de France, soutient plusieurs initiatives d’Acting For...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.