Au Niger, donner la priorité aux céréales locales et améliorer la condition des femmes.

Au Niger

Au Niger, contrairement à d'autres pays du Sahel, le mil est la céréale la plus consommée. Mais depuis quelques années, il subit la concurrence du riz importé, plus facile à préparer. En effet, les femmes consacrent deux heures par jour au battage du mil. Il s'agit d'un travail très pénible qui les oblige à déléguer les autres tâches ménagères à leurs filles. Celles-ci finissent alors par délaisser l'école.
Soutenu financièrement par les donateurs du CFSI, le Geres a dès 2006 mis au point avec un atelier mécanique local un modèle de batteuse utilisable dans un contexte rural pauvre.
Les démonstrations ont convaincu les utilisatrices qui voient dans cette machine trois avantages. Tout d'abord, elles pourront valoriser plus facilement leur mil. Puis, en s'organisant en groupement, elles pourront obtenir un revenu en vendant le mil à des commerçants. Le tout leur permettra d'améliorer leurs conditions de vie. D'ici mi-2009, le Geres a décidé d'appuyer 6 groupements féminins dans 6 localités rurales et périurbaines qui pourront ainsi développer une activité génératrice de revenus.
Ce projet du Geres est soutenu par le CFSI. Pour aider ces groupements féminins, le CFSI s'est engagé à financé ce projet à hauteur de 27 500 € dejuin 2008 à-06-2011.

Autres projets dans la thématique

Face à la crise Covid-19, il y a urgence pour les agropasteurs burkinabés
Dans les communes de Kaya et Boussouma, au nord du Burkina Faso, 300 agropasteurs, dont 200 femmes, sont en grande difficulté depuis la mise en place de restrictions de circulation et de...
Au Niger : une éleveuse témoigne « Sauvons le lait local »
Depuis 2019 le CFSI anime en France la campagne « N’exportons pas nos problèmes », une initiative d’ONG belges et françaises née en soutien à...
Témoignage : Covid-19 et risques sur la sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest
Alors que 53 pays africains sur 54 sont atteints par le coronavirus (voir ici la carte évolutive), Karfa Diallo d’Enda Pronat au Sénégal, association soutenue par...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.