Au Mali, la culture du Baobab contre l’exode rural des jeunes

Au Mali

A Maréna Diombougou, dans la région de Kayes au Mali, les aléas climatiques, le manque d’aménagement du territoire et le faible rendement des cultures hivernales, obligent les jeunes (60 % de la population de la région) à migrer durant la période sèche.

Cependant, la région a un haut potentiel en ressources naturelles (forêts, cours d’eau…). Le maraîchage et la culture du baobab sont des filières porteuses qui peuvent contribuer à un approvisionnement régulier des marchés de Kayes en denrées alimentaires, tout en créant de nombreux emplois. Ainsi, le fruit du baobab, appelé pain de singe ou zira, est utilisé dans la préparation de trois principaux plats traditionnels au Mali : la bouillie, le zira ndégué et la pâte de zira.

Le GRDR, membre du CFSI, et ses partenaires animent depuis 2017 un programme de soutien au développement durable de la filière maraîchère et baobab en promouvant des pratiques respectueuses de l’environnement (agroécologie, transformation des produits grâce à l’énergie solaire…) et une distribution en circuit court. L’insertion économique des jeunes ruraux est favorisée par la formation intégrant des échanges intergénérationnels ainsi que l’appui à la création d’entreprises.

L’action vise 180 jeunes et 2 220 femmes, soit 250 familles. 70 personnes ont été formées aux techniques agroécologiques de maraîchage, 7 projets maraîchers (3 projets de jeunes et 4 projets de groupement femmes) ont bénéficié d’équipement en pompes solaires, bassins de retenue d’eau et motopompes. Une unité de transformation de zira est en cours de construction ainsi qu’un point de vente à l’horizon 2019.

Abdoulaye Siby, producteur maraîcher à Marena, témoigne :

Abdoulaye Siby, producteur maraîcher à Marena © Grdr« Avant la formation, j’utilisais quatre traitements phytosanitaires chimiques sur dix-sept jours. Grâce aux techniques de fabrication des biopesticides à partir de nos produits locaux, je fais désormais un seul traitement tous les dix jours. Nous avons véritablement besoin de ces formations : les composants utilisés sont moins coûteux et très accessibles dans la localité. »

Chute des rendements agricoles, augmentation des risques sanitaires et de l’insécurité alimentaire… Selon le Giec, si nous ne faisons rien pour maîtriser la hausse de la température terrestre, les conséquences pourraient être désastreuses pour des populations déjà fragilisées. L’Afrique de l’Ouest, qui abritera plus d’un tiers de la population sous-alimentée de la planète en 2024, en sera l’une des premières victimes. À travers son programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest, le CFSI et ses partenaires s’engagent, partout où ils sont présents, pour la défense d’un « consommer local », respecteux de l’environnement et solidaire. Partagez nos valeurs et soutenez nos actions. Faites un don.

Autres projets dans la thématique

Au Bénin : les parents d’élèves se mobilisent pour une alimentation locale de qualité !
Si la scolarisation des enfants progresse au Bénin (76 % achèvent le cycle primaire et entrent au collège), les cantines sont très rares et la mauvaise alimentation constitue un frein à la...
En Guinée Conakry, les vendeuses de rue en première ligne pour le bien manger
La restauration de rue est un secteur économique de première importance dans les villes ouest-africaines : un grand nombre de femmes mènent cette activité rémunératrice sur le pas de leur porte...
Au Sénégal : la crise Covid-19 pèse sur la capacité à bien se nourrir
Il y a un an, nous vous présentions un projet porté par notre membre SOL dont l’objectif est de lutter contre la malnutrition en valorisant les céréales locales. ...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.