Au Congo, préserver les droits des femmes veuves

Au Congo

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes le 8 mars, le CFSI rappelle son engagement pour l’émancipation des femmes à travers le monde. En 2017, le PCPA Congo soutient 2 projets pour faire évoluer les mentalités et protéger les droits des femmes veuves.
Dans certaines localités du Congo, une femme qui perd son mari, perd aussi ses droits et devient très vulnérable. Spoliation des biens, privation d’héritage et soumission dégradante à leurs belles familles (pleurer sans cesse, garder la tête baissée, dormir à même le sol sur une natte, se nourrir une fois par jour, se raser la tête…) sont le lot de nombreuses femmes.

En 2015, à l’occasion de la journée internationale du veuvage, la ministre congolaise des Affaires sociales de l’époque, Mme Emilienne Raoul, a rappelé que « les rites de veuvage sont fortement ancrés, nombreux et variés selon les espaces géographiques et sociologiques. Ils consistent en des privations parfois des maltraitances qui visent à rappeler à la femme que rien ne sera plus comme avant. Ils ont cette particularité d’être dégradants, humiliants et de bafouer un droit humain fondamental, celui de la dignité humaine ».

Pourtant un arsenal juridique international et congolais est censé les protéger. En 2017, le PCPA Congo soutient 2 projets menés par 5 organisations congolaises (ALPN, CREDO, CUDHOC, ADF et CNDPH) engagées pour faire évoluer les mentalités et protéger les droits de ces femmes. Sensibilisation des hommes pour qu’ils protègent leurs épouses via des testaments, communications auprès des chefs traditionnels et des familles pour lutter contre ces mauvais traitements et rappeler la loi, diffusion du droit auprès des femmes et accompagnements juridique et psycho social des veuves contribuent à faire évoluer la société et les pratiques culturelles non respectueuses des droits des femmes.

À travers ses différents programmes, le CFSI encourage et valorise la participation des femmes aux espaces de concertation et de décision. Il contribue à leur émancipation en favorisant leur accès à l’éducation, à la formation professionnelle, aux ressources économiques et productives. Pour que ces projets continuent, faites un don.

Autres projets dans la thématique

Au Congo Brazzaville, des droits civils pour les populations autochtones
La population autochtone du département de la Sangha représente 9 % des 90 000 habitants recensés en 2017 (source : Centre National de la Statistique et des Etudes Economiques et FNUAP). Le niveau...
Vidéo : bilan d’un projet contre les discriminations au Congo Brazzaville
À Djambala et Makoua, sous l’impulsion de l’association des personnes handicapées de Makoua (APHM) et de l’association des handicapés du Congo pour la réflexion économique et sociale...
Au Congo Brazzaville : l’accès aux biens essentiels et aux masques, une priorité
En plus des gestes barrières contre la Covid-19 (équipements, distanciation sociale…), un confinement et un couvre-feu ont été décrétés le 1er avril 2020 sur tout le territoire par le...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.