Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
La filière du poulet camerounais se remplume ! | Comité Français pour la Solidarité Internationale

La filière du poulet camerounais se remplume !

La filière du poulet camerounais se remplume ! Dessin : Frank Raynal

Il y a 10 ans, le CFSI participait au lancement de la campagne « l’Europe plume l’Afrique ».

En effet, en 2004, le Cameroun était envahi par du poulet européen congelé, bas de gamme et subventionné. Les aviculteurs camerounais n’arrivaient plus à vendre leur production pourtant de bien meilleure qualité, le poulet européen étant vendu 1,40 € le kilo contre 2,90 € le kilo de poulet local.

En 2006, la mobilisation d’ONG camerounaises et européennes a permis d’obtenir du gouvernement camerounais l’interdiction presque totale des importations de poulet congelé européen. Depuis, le Cameroun a consacré plus de 4 milliards de FCFA au développement de la filière avicole locale.

Grâce à ces mesures, la production camerounaise couvre désormais 90 % de la demande nationale. Elle procure directement et indirectement 320 000 emplois contre 120 000 dix ans plus tôt.

Pour en savoir plus, lire sur le site www.alimenterre.org l'article de Philippe Chibani-Jacquot paru dans le numéro 40 d'Altermondes : "Le jour où le poulet camerounais a eu des dents"