Au Sénégal : priorité aux produits locaux !

Au Sénégal : priorité aux produits locaux !

Au Sénégal, l’agriculture emploie 70 % de la population. L’essentiel des revenus du pays provient de ce secteur. Paradoxalement, les habitants des campagnes peinent à vivre dignement, avec parfois moins d’un euro par jour pour subvenir à leurs besoins essentiels. La pauvreté gagne du terrain en milieu rural.

L’arachide a longtemps été la principale culture du pays. Elle constitue une des bases de l’alimentation locale et est également destinée à l’exportation. Mais des années d’exploitation intensive des terres ont appauvri les sols. L’Union des groupements de Mékhé, au Nord de Dakar, entend revitaliser ces terres et apporter un soutien aux producteurs.

Depuis plus de 30 ans, elle travaille à la préservation des ressources naturelles. Pour ce faire, elle développe les pratiques agroécologiques et met à disposition de ses membres des semences paysannes de bonne qualité (à plus haut rendement). Elle réintroduit l’association des cultures, ce qui contribue à régénérer les sols.

Ces groupements ont choisi d’améliorer la qualité des produits. Ainsi, l’huile d’arachide produite localement pourra bénéficier d’une meilleure visibilité sur le marché et s’attirer les faveurs des consommateurs des villes. A terme, les produits seront labellisés et l’amélioration du stockage et de l’emballage valorisera l’image du produit

Le projet à l’initiative de l’Union des producteurs, concerne toute la chaine, de la production à la commercialisation. Les financements vont permettre à 300 agriculteurs de se former aux pratiques de culture et à la conservation des produits. 250 transformatrices vont acquérir des compétences relatives à l’entreprenariat, aux normes qualité et à la gestion financière. Enfin, l’Union met en place des points de vente pour rapprocher les producteurs des consommateurs urbains. Les consommateurs seront sensibilisés à l’importance d’acheter des produits locaux via des spots radiophoniques et des animations organisées par des associations de consommateurs sur les points de vente.

Ce projet est financé dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest ». En 2013, 30 000 € ont été attribués par le CFSI et l’Agence Française de Développement pour sa mise en œuvre.

Autres projets dans la thématique

Au Niger : une éleveuse témoigne « Sauvons le lait local »
Depuis 2019 le CFSI anime en France la campagne « N’exportons pas nos problèmes », une initiative d’ONG belges et françaises née en soutien à...
Au Bénin : les parents d’élèves se mobilisent pour une alimentation locale de qualité !
Si la scolarisation des enfants progresse au Bénin (76 % achèvent le cycle primaire et entrent au collège), les cantines sont très rares et la mauvaise alimentation constitue un frein à la...
Face à la crise Covid-19, il y a urgence pour les agropasteurs burkinabés
Dans les communes de Kaya et Boussouma, au nord du Burkina Faso, 300 agropasteurs, dont 200 femmes, sont en grande difficulté depuis la mise en place de restrictions de circulation et de...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.