Au Sénégal : les agriculteurs de Mbour font face au réchauffement climatique

Au Sénégal : les agriculteurs de Mbour font face au réchauffement climatique

Au Sénégal, dans le département de Mbour, cinq groupements de producteurs représentant une centaine d’agriculteurs pratiquant la polyculture-élevage, ont créé une plate-forme d’information et de concertation sur le changement climatique.

Agrisud International, organisation membre CFSI, accompagne cette initiative. Sont également impliqués les services de l’Etat et les instituts de recherche.

« Les défis sont nombreux : les agriculteurs sont déjà confrontés à une baisse de fertilité des terres, à la salinisation des sols et des eaux, et à des inondations fréquentes de leurs parcelles, au moment même où ils doivent faire les semis. Leurs revenus diminuent et les périodes de soudure entre deux récoltes deviennent très difficiles », explique Elphège Ghestem, directrice des opérations d’Agrisud International.

La plate-forme a conseillé aux agriculteurs la réintroduction de variétés mieux adaptées aux conditions locales et demandant de ce fait moins de produits chimiques. Les producteurs viennent ainsi de décider de planter de nouveau du riz, une culture abandonnée il y a plusieurs années au profit du sorgho, en s’appuyant sur les résultats obtenus sur des parcelles tests. Les agriculteurs ont également été encouragés à développer des cultures maraîchères sur pilotis. En cas d’inondation, les plants commencent à germer et peuvent être repiqués une fois l’eau évacuée. Prochaine étape : la signature d’un accord avec un fournisseur de prévisions météorologiques, un service encore peu utilisé en Afrique.

Article issu du numéro spécial d’Alternatives Economiques « Risque climatique, défi alimentaire », réalisé en partenariat avec le CFSI, dans le cadre de la campagne ALIMENTERRE et de la mobilisation autour de la COP21.

Les donateurs du CFSI et l’Agence Française de Développement soutiennent cette initiative à hauteur de 14 500 € dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest »

Autres projets dans la thématique

En Guinée Conakry, les vendeuses de rue en première ligne pour le bien manger
La restauration de rue est un secteur économique de première importance dans les villes ouest-africaines : un grand nombre de femmes mènent cette activité rémunératrice sur le pas de leur porte...
Au Sénégal : la crise Covid-19 pèse sur la capacité à bien se nourrir
Il y a un an, nous vous présentions un projet porté par notre membre SOL dont l’objectif est de lutter contre la malnutrition en valorisant les céréales locales. ...
Au Niger : une éleveuse témoigne « Sauvons le lait local »
Depuis 2019 le CFSI anime en France la campagne « N’exportons pas nos problèmes », une initiative d’ONG belges et françaises née en soutien à...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.