Au Sénégal : accompagner une difficile reconversion vers l’agriculture

Au Sénégal : accompagner une difficile reconversion vers l’agriculture

Le ratissage systématique des fonds marins par la grande pêche industrielle a eu une conséquence dramatique pour les pêcheurs artisanaux de la côte sénégalaise : la raréfaction des poissons, qui les oblige à quitter leur métier.
La misère qui s’en suit a conduit de nombreux jeunes de la région côtière de M’Bour à s’embarquer vers l’Eldorado européen, au risque de périr en mer. L’autre solution consiste à abandonner le métier de pêcheur pour celui d’agriculteur.
Tous ceux qui ont fait ce choix se confrontent à une double difficulté. D’abord, apprendre le métier d’agriculteur pour subvenir aux besoins alimentaires et obtenir des revenus décents. Ensuite, tirer parti de sols  peu fertiles et soumis à une érosion éolienne incessante.
L’association sénégalaise Jappoo et sa partenaire française Agrisud ont une longue expérience du développement agricole au Sénégal comme dans d’autres parties du monde. Elles ont décidé de répondre à la demande d’accompagnement de 110 de ces nouveaux agriculteurs et leur famille.
Ces deux associations ont bâti un itinéraire de formation concernant à la fois les techniques agricoles et la gestion de l’exploitation. Et elles ont proposé de privilégier des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement pour une meilleure fertilité des sols et une moindre consommation d’eau.
Dotés en petit matériel et semences, les 110 agriculteurs concernés ont entamé l’exploitation de leurs terres et se sont organisés en groupements pour commercialiser leur production sur les marchés de la région.
Une reconversion en marche !
Ce projet a bénéficié d'un financement de la Fondation Ensemble, de l'Agence Française de Développement et du CFSI dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par le CFSI et de la Fondation de France. Pour le poursuivre, votre soutien est indispensable !
Pour en savoir plus, consulter la fiche projet sur www.alimenterre.org

Autres projets dans la thématique

En Guinée Conakry, les vendeuses de rue en première ligne pour le bien manger
La restauration de rue est un secteur économique de première importance dans les villes ouest-africaines : un grand nombre de femmes mènent cette activité rémunératrice sur le pas de leur porte...
Au Sénégal, la souveraineté alimentaire passe par le manger local et durable à la cantine
Avec une population de plus de 500 000 habitants en croissance constante, les activités économiques du département de Rufisque subissent des mutations majeures. Parmi elles, une perte d’espaces...
Covid-19 : mobilisons-nous pour la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest !
Au Burkina Faso, les citadins achètent leurs fruits et légumes au bord des routes ou dans les quartiers populaires. Avec les mesures de confinement, et alors que les récoltes battaient leur plein,...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.