Du lait local pour les villes du Sénégal

Du lait local pour les villes du Sénégal

Les habitants des régions du Ferlo et de la Vallée du Fleuve, au Nord du Sénégal, vivent essentiellement de l’élevage : ils produisent à eux seuls 95 % du lait local consommé dans le pays. Ces petits élevages familiaux, éloignés des villes, disposent de peu de moyens pour commercialiser leurs produits, alors que la demande est très forte. Faute de pouvoir les acheminer dans de bonnes conditions vers les villes, ils tentent de les vendre sur les marchés les plus proches, où le lait est en surabondance, notamment à la saison des pluies.

L’ONG italienne CISV (Comunità Impegno Servizio Volontariato), en partenariat avec l’ADENA (Association pour le Développement de Namarel), souhaite améliorer la filière du producteur au consommateur. Il s’agit de permettre d’une part aux éleveurs d’avoir des revenus réguliers et d’autre part aux populations urbaines de consommer des produits de qualité à des prix accessibles toute l’année.

300 producteurs se forment aux normes d’hygiène et à des techniques pour produire du lait de meilleure qualité (soins vétérinaires, nourriture à donner aux vaches). Quinze jeunes sont recrutés et formés pour collecter le lait chez les producteurs et l’acheminer à la laiterie. Le personnel de cette dernière se perfectionne en gestion administrative et comptable. Les transformateurs cherchent également à diversifier les produits afin de répondre aux besoins des consommateurs. En proposant des produits différents, ils répartissent leurs ventes sur toute l’année. Ils font les démarches nécessaires à l’obtention d’un label officiel de fabrication, attestant des normes de transformation.

© SARA SILVESTRINI-CISV – Sénégal lait localDans le même temps, les vendeurs associés à la laiterie font la promotion des produits laitiers à Dakar en participant à des foires et à des évènements locaux. Ils réalisent également des études de marché afin de connaître les besoins des consommateurs, notamment dans les villes de Louga et Saint Louis.

Les organisations d’éleveurs sortiront renforcées de ce projet et reconnues par les consommateurs et les pouvoirs publics. En effet, un plaidoyer s’appuyant sur les résultats du projet consolidera la collaboration avec la FENAFIL (Fédération nationale des acteurs de la filière lait locale du Sénégal) et le ministère de l’Elevage. A l’occasion de la Journée nationale du lait, l’ADENA réalisera un évènement en partenariat avec d’autres organisations d’éleveurs. Enfin, un documentaire sur la filière laitière sera diffusé sur les chaînes de télévision nationales.

Des éleveurs-producteurs de lait aux collecteurs, en passant par les transformateurs et les commerçants, c’est l’ensemble de la filière du lait qui est ici visée, mais pas seulement : la population des villes qui aura accès aux produits laitiers est aussi concernée par le projet. En tout, près de 77 000 personnes profitent de cette initiative.

Ce projet fait partie des initiatives soutenues dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par le CFSI et la Fondation de France, et soutenu par l’Agence française de développement. En 2013, le CFSI a attribué 15 000 € pour mener à bien cette action sur plusieurs années. Votre soutien est indispensable !

Autres projets dans la thématique

Au Bénin : les parents d’élèves se mobilisent pour une alimentation locale de qualité !
Si la scolarisation des enfants progresse au Bénin (76 % achèvent le cycle primaire et entrent au collège), les cantines sont très rares et la mauvaise alimentation constitue un frein à la...
Témoignage : Covid-19 et risques sur la sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest
Alors que 53 pays africains sur 54 sont atteints par le coronavirus (voir ici la carte évolutive), Karfa Diallo d’Enda Pronat au Sénégal, association soutenue par...
En Guinée-Bissau, des femmes se mobilisent pour défendre une huile de palme durable
Dans la région de Cacheu au nord de la Guinée-Bissau, 600 femmes vivent de l’extraction et de la transformation de l’huile de palme. La forêt où poussent les...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.