Au Sénégal : la crise Covid-19 pèse sur la capacité à bien se nourrir

Au Sénégal : la crise Covid-19 pèse sur la capacité à bien se nourrir

Il y a un an, nous vous présentions un projet porté par notre membre SOL dont l’objectif est de lutter contre la malnutrition en valorisant les céréales locales.

40 boulangers éloignés de l’emploi et 180 transformatrices dispersés au sein de 72 villages des localités de Diourbel, Kaolack, Kaffrine, Fatick et partiellement les régions de Thiès et Louga, bénéficient de cet accompagnement afin d’apprendre à produire du pain et des beignets en mélangeant farines de blé, mil et maïs.

En effet, en associant ces ingrédients, les qualités nutritives des aliments sont améliorées : le mil et le maïs étant plus riches en nutriments. Ceux-ci apportent le double de minéraux et vitamines par rapport au blé.

Malheureusement, la crise Covid-19 a mis à l’arrêt les activités de formation, de visites d’expérience et de sensibilisation de notre membre SOL sur le terrain. L’accompagnement à la transition agroécologique pour la production des céréales auprès des 150 producteurs est retardé. Du côté des boulangers, une mission de formation d’experts français prévue le 15 mars 2020 a dû être annulée.

Yuna Salmon chargée de projet à Sol au Sénégal, témoigne :

« Dans nos zones d’intervention, nous observons déjà une forte réduction des revenus des ménages ruraux, une augmentation de la charge alimentaire des familles du fait de l’exode urbain et un manque de disponibilité et d’accessibilité des denrées alimentaires qui viennent renforcer l’insécurité alimentaire des familles.

Les conséquences de la Covid-19 pèsent sur l’ensemble des bénéficiaires de notre projet. Les 3 minoteries (situées à Kaffrine, Kaolack et Diourbel qui produisent la farine issues des céréales locales et dont la gestion implique une quarantaine de personnes) fonctionnent au ralenti du fait de la restriction des déplacements. Les boulangers quant à eux font face à la diminution de l’approvisionnement des boutiques en farine de blé. Ceux qui disposent d’un moulin à proximité et qui ont des stocks de céréales à disposition parviennent à obtenir une farine panifiable a minima. Il en va de même pour les femmes transformatrices dont la vente de beignets est rendue difficile par les mesures de confinement. »

Face aux conséquences de la pandémie, le CFSI et ses membres se mobilisent afin de maintenir le niveau d’activités des projets dans des régions du monde où la situation était déjà précaire avant la crise. Si l’accompagnement physique sur le terrain n’est plus possible, il est nécessaire d’adapter les pratiques de concertation et d’animation des projets. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien. Faites un don.

Autres projets dans la thématique

En Guinée-Bissau : les femmes développent le sel durable dans les mangroves !
Dans les mangroves d’Afrique de l’Ouest, la saliculture est pratiquée exclusivement par des femmes, dont elle assure 57 % des revenus....
Face à la crise Covid-19, il y a urgence pour les agropasteurs burkinabés
Dans les communes de Kaya et Boussouma, au nord du Burkina Faso, 300 agropasteurs, dont 200 femmes, sont en grande difficulté depuis la mise en place de restrictions de circulation et de...
Au Bénin : les parents d’élèves se mobilisent pour une alimentation locale de qualité !
Si la scolarisation des enfants progresse au Bénin (76 % achèvent le cycle primaire et entrent au collège), les cantines sont très rares et la mauvaise alimentation constitue un frein à la...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.