Entretien avec Moustapha Ka, coordinateur du projet «EMER-Villes» au Sénégal

Entretien avec Moustapha Ka

300 producteurs se forment aux normes d’hygiène et à des techniques pour produire du lait de meilleure qualité (soins vétérinaires, nourriture à donner aux vaches). Quinze jeunes sont recrutés et formés pour collecter le lait chez les producteurs et l’acheminer à la laiterie. Le personnel de cette dernière se perfectionne en gestion administrative et comptable. Les transformateurs cherchent également à diversifier les produits afin de répondre aux besoins des consommateurs. En proposant des produits différents, ils répartissent leurs ventes sur toute l’année. Ils font les démarches nécessaires à l’obtention d’un label officiel de fabrication, attestant des normes de transformation.

Autres projets dans la thématique

Au Niger : une éleveuse témoigne « Sauvons le lait local »
Depuis 2019 le CFSI anime en France la campagne « N’exportons pas nos problèmes », une initiative d’ONG belges et françaises née en soutien à...
Témoignage : Covid-19 et risques sur la sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest
Alors que 53 pays africains sur 54 sont atteints par le coronavirus (voir ici la carte évolutive), Karfa Diallo d’Enda Pronat au Sénégal, association soutenue par...
Au Sénégal : la crise Covid-19 pèse sur la capacité à bien se nourrir
Il y a un an, nous vous présentions un projet porté par notre membre SOL dont l’objectif est de lutter contre la malnutrition en valorisant les céréales locales. ...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.