En Côte d’Ivoire, privilégier le consommer local et durable

Projet de label Bio Côte d'Ivoire © Nitidae, 2021

En Côte d’Ivoire, comme dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, les besoins nutritionnels de la population, évalués à 1 800 000 tonnes/an pour assurer une alimentation de qualité, sont loin d’être couverts. Les ivoiriens consomment deux fois moins de fruits et légumes que nécessaire et 20 % des produits consommés proviennent d’importations, sous-région et Europe (source : Rapport d’expertise, Cirad, février 2019). 

Or, la production maraîchère diversifiée du pays est très intéressante sur le plan nutritionnel, en particulier avec les légumes-feuilles, riches en vitamines, protéines, fibres et fer. Les légumes sont la principale source de vitamines et d’oligoéléments pour les populations rurales les plus vulnérables en particulier. Malheureusement, par manque de formation et de contrôle, les petits producteurs utilisent encore massivement des produits chimiques nocifs pour l’environnement et la santé.

Avec l’émergence d’une nouvelle classe moyenne dans les grandes villes comme Abidjan, la demande se transforme et encourage à une production maraîchère plus durable. C’est ainsi que de nombreux producteurs se tournent vers des pratiques agroécologiques, biologiques ou raisonnées et s’organisent, notamment au sein de l’Association Ivoire Éco-Responsable (AIER), coporteuse de ce projet, avec l’association lyonnaise Nitidae.

L’objectif est de développer un label ivoirien agroécologique et/ou biologique, reconnu par les institutions ivoiriennes à l’horizon 2023, à l’instar de ce qui existe déjà ou qui est en voie de développement dans d’autres pays de la sous-région (Burkina Faso, Sénégal, Ghana…).

Présente depuis une quinzaine d’année en Côte d’Ivoire et pionnière en termes de certifications équitables et bio dans le pays, Nitidae bénéficie d’une forte expertise s’agissant les aspects de production, de mise en marché, de montage de filière, de renforcement des organisations paysannes, de conseil aux producteurs, de développement d’itinéraires biologiques ou encore d’appui à la certification biologique. Les activités couvriront une étude de marché pour identifier les marchés porteurs et les habitudes consommateurs, un diagnostic de l’état de lieux des systèmes de production existant auprès de 200 producteurs et la co-construction du label agroécologique et/ou biologique ivoirien avec toutes les parties prenantes, sécurisé par un système participatif de garantie (SPG).

Ce système, particulièrement bien adapté aux marchés locaux et filières courtes, permet un contrôle de qualité par les pairs et les consommateurs eux-mêmes. Le ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), le ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI) et le ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD) seront étroitement associés à la démarche. Enfin un accompagnement spécifique est prévu afin de soutenir les producteurs dans leur transition biologique et de faire connaître ce nouvel label aux consommateurs.

Vous souhaitez soutenir nos actions en faveur d’une agriculture et d’une alimentation durables et solidaires ? Soutenez nos actions.

Projet de label bio Côte d'Ivoire © Nitidae, 2021 Projet label bio Côte d'Ivoire, Nitidae 2021

Autres projets dans la thématique

En Guinée-Bissau, des femmes se mobilisent pour défendre une huile de palme durable
Dans la région de Cacheu au nord de la Guinée-Bissau, 600 femmes vivent de l’extraction et de la transformation de l’huile de palme. La forêt où poussent les...
Au Bénin : les parents d’élèves se mobilisent pour une alimentation locale de qualité !
Si la scolarisation des enfants progresse au Bénin (76 % achèvent le cycle primaire et entrent au collège), les cantines sont très rares et la mauvaise alimentation constitue un frein à la...
En Guinée Conakry, les vendeuses de rue en première ligne pour le bien manger
La restauration de rue est un secteur économique de première importance dans les villes ouest-africaines : un grand nombre de femmes mènent cette activité rémunératrice sur le pas de leur porte...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.