En Côte d’Ivoire l’élevage de tilapias prend son essor

Partage-poisson-mareyeuses-Sinfra-février 2021-2018051-Apdra

Si la Côte d’Ivoire est reconnue pour ses plantations de cacao, l’élevage de tilapias constitue un complément important de revenus et une bonne source de protéines pour la population rurale. Malheureusement, cette production de poisson frais est concurrencée par les importations à bas coût de tilapias en provenance de Chine et d’autres espèces plus courantes de poissons congelés de moindre qualité.

Ce projet porté par l’association française l’APDRA Pisciculture Paysanne et l’Association des pisciculteurs de Côte d’Ivoire, se donne pour objectif de soutenir 600 familles de pisciculteurs réparties en 22 groupements. Afin de développer les débouchés de vente, des formations sont également dispensées à 120 mareyeuses partenaires.

Après 36 mois d’accompagnement, les conditions de production et de distribution s’améliorent. Malgré la difficulté de trouver de l’alimentation pour les poissons à prix abordable, les tilapias sont de plus en plus gros (de 350 gr à 500 gr l’unité) ce qui permet d’augmenter leur prix de vente. Une grille commune taille-prix a été partagée avec les mareyeuses afin de faciliter les relations commerciales et la compréhension de l’offre de la part des consommateurs vis-à-vis des offres concurrentes.

Du point de vue logistique, si la plupart des ventes se fait à l’étang,  un système de bacs sous aération est testé en ville pour la vente de poissons vivants. Les mareyeuses ont été équipées de glacières et de congélateurs. Enfin, la filière s’organise en créant des Unions de pisciculteurs par zone géographique, afin d’échanger des expériences et de mieux défendre les intérêts de la filière auprès des pouvoirs publics.

Awa DIARRASOUBA, présidente du groupement des mareyeuses de Sinfra, 53 ans, mariée, 7 enfants nous livre son témoignage :

« Grâce à l’APDRA, nous avons bénéficié de sessions de formation pour la bonne pratique du commerce de poisson frais et nous avons reçu des bassines et des glacières pour le transport. Nous sommes dans l’attente de la mise à disposition d’un local par le groupement des pisciculteurs de Sinfra, dans lequel nous installerons le congélateur. Les mareyeuses cotiseront 200 FCFA (soit 0.30 euros) chaque dimanche pour l’utilisation du matériel, ce qui permettra l’entretien et le renouvellement de celui-ci par la suite. Nous espérons ainsi donner l’opportunité à un grand nombre de femmes de pratiquer le commerce du poisson de pisciculture. »

Si vous souhaitez soutenir nos actions, faites un don.

Partage-poisson-mareyeuses-Sinfra-février 2021-2018051-Apdra

Autres projets dans la thématique

Une pêche durable pour nourrir les populations au Mali
Au Mali, dans le delta central du Niger, la pêche, la transformation et le commerce du poisson jouent un rôle essentiel dans la vie économique, sociale et culturelle de la population. ...
Au Burkina Faso, soutenir les jeunes entrepreneurs ruraux
En Afrique, les impacts économiques et sociaux de la Covid-19 tels que le chômage, l'insécurité alimentaire ou les conflits armés sont une préoccupation majeure pour la jeunesse africaine. ...
Au Bénin, faisons grandir les initiatives durables et solidaires !
Depuis 2015, le CFSI soutient un projet de développement de compost de jacinthe d’eau dans la commune de Sô-Ava, porté par le Centre d’actions pour l’environnement et le développement...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.