Convergences et conflits d'intérêt entre les paysans et les consommateurs : l'exemple de la Guinée

Convergences et conflits d'intérêt entre les paysans et les consommateurs : l'exemple de la Guinée

A deux reprises en 2007 et 2008, le Gouvernement de Guinée Conakry a choisi de fermer ses frontières à l’exportation des produits alimentaires afin de réguler les prix des marchés intérieurs et d’améliorer l’accessibilité des produits de première nécessité aux consommateurs urbains. Des autorités locales en ont profité pour imposer des prix à la consommation. Certains paysans ont vu les débouchés pour écouler leur production se réduire. Ils ont parfois perdu une grande partie de leur récolte sur pied, faute de marché solvable en Guinée (ex. pommes de terre) ou ont vendu à perte (producteurs et commerçants de riz). Les commerçants et d’autres intermédiaires (transporteurs) ont été accusés de s’enrichir sur le dos des paysans comme des consommateurs.
Face à cette apparente contradiction entre les intérêts de deux parties de la société civile, le CFSI a proposé de travailler avec le Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée (CNOSC) afin d’affiner la perception des enjeux, des antagonismes, des points d’accord possibles, trouver des pistes pour surmonter ces clivages et rapprocher les positions des acteurs de la société civile dans le cadre des actions de plaidoyer, et enfin améliorer la cohérence des actions de coopération qui visent les paysans et les consommateurs urbains.
L’objet de cette étude, réalisée par le Gret, en collaboration avec le CNOSC, est d’illustrer, par l’exemple de la Guinée Conakry, les clivages et les ponts entre les diverses catégories d’acteurs, et d’identifier des pistes pour construire un développement qui prennent en compte les besoins de chacun.
Télécharger l’étude [1.84Mo]

Documents à télécharger

Autres projets dans la thématique

Le CFSI se mobilise avec des organisations paysannes d'Afrique de l'Ouest pour défendre l'agriculture familiale auprès des parlementaires européens en africains
Associé avec VECO (Flandres) au projet animé par SOS Faim Belgique depuis 2009, le CFSI appuie le renforcement des capacités de plaidoyer de 7 plates-formes nationales...
Alternatives économiques : du champ à l'assiette, reconstruire la chaine alimentaire
Au sommaire :...
Pour une PAC solidaire avec le Sud
La Politique agricole commune est à un moment clé de son histoire. Au cours des 2 prochaines années, son contenu sera défini pour la période 2014-2020. Comment...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.