Appel de Luxembourg

Appel de Luxembourg

La promotion d’une agriculture paysanne et durable, respectueuse de l’environnement, du droit des paysans à vivre dignement de leur travail ainsi que du droit des consommateurs à une alimentation saine, suffisante et à un prix accessible, constitue un enjeu majeur pour le développement équitable et durable des pays du Sud afin de combattre la faim et la pauvreté. Cela passe par la reconnaissance de la spécificité de l’agriculture et implique la mise en place de politiques agricoles et un statut spécial dans les accords commerciaux.
Nous demandons à l’Union Européenne (UE) de :
– mettre en cohérence ses politiques, notamment celles qui concernent l’agriculture, le commerce international et la coopération, avec ses engagements concernant le développement des pays du Sud, la réduction de la pauvreté et la lutte contre la faim dans le monde.
– faire de la souveraineté alimentaire un axe politique prioritaire devant être décliné dans les différentes politiques européennes et internationales et reconnaître ce droit à la souveraineté alimentaire tant aux pays du Nord qu’aux pays du Sud, notamment dans le cadre des accords commerciaux qu’elle conclut. Il faut des mesures concrètes en matière de Politique agricole commune (PAC), de politique commerciale extérieure, ainsi que de politique de coopération et de développement.
Lire l'intégralité de l'appel en français
Lire l'intégralité de l'appel en anglais
 

10-03-2010: Lettre à Andris Piebalgs, Commissaire européen au développement

Le CFSI et ses partenaires SOS Faim Belgique et SOS Faim Luxembourg ont transmis l'Appel de Luxembourg au nouveau Commissaire européen au développement.
Lire le courrier adressé à M. Piebalgs
 

Juin 2009: Mobilisation des nouveaux députés européenns

En avril, l’Appel à été présenté à Prague, lors de l’Assemblée parlementaire paritaire UE-ACP (Union Européenne – Pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique) pendant un déjeuner-débats auquel ont participé des parlementaires européens et africains.
 

24 Février 2009: Le comité éxécutif du PCF apporte son soutien à l'appel

Le Parti communiste français (PCF) s'engage "à soutenir au Parlement européen l'action pour la mise en cohérence de politiques de l'UE concernant l'agriculture, le commerce international dans le sens du développement et de la souveraineté alimentaires, tenant compte de l'impact sur les populations locales Lire le courrier dans son intégralité : télécharger la réponse de Jean-Marc Coppola, membre du Comité exécutif national, responsable Europe
 

26-01-2009: Le Modem répond à l'Appel

Avec un projet 2009 encours d’élaboration, le Mouvement démocrate (Modem) estime qu’« il est également impératif que l’UE renforce la cohérence de ses politiques (…). Les politiques européennes dans le domaine de la pêche, de l’environnement et de la protection sanitaire sont trop peu envisagées ensemble. Les réglementations européennes sont en effet adaptées à des agricultures modernes, mais peu d’entre elles sont adaptées à des agricultures de pays en développement. Une véritable analyse de chaque politique européenne est donc nécessaire pour s’assurer de leur comptabilité avec les objectifs de développement et de lutte contre la pauvreté. D’ailleurs, les politiques nationales des Etats membres mériteraient de répondre au même impératif. »
Lire le courrier dans son intégtalité : télécharger la réponse de Bernard Lehideux, parlementaire européen
 

22-01-2009: Réponses du Parti Socialiste

Pour le Parti socialiste (PS), « l’Union européenne doit repenser sa politique commerciale et agricole dans le cadre d’un développement partagé entre l’Europe et les pays du Sud. Cela rentre dans le cadre du nouveau modèle de développement que nous appelons de nos vœux. Nous voulons passer du libre échange au juste échange en imposant des normes écologiques, éthiques et sociales dans les échanges commerciaux et les politiques économiques. »
Lire le courrier dans son intégralité : télécharger la réponse du PS
 

Janvier 2009

En Pologne
Solidarnosc des agriculteurs, dont le président, préside également la commission « agriculture » du Sénat, a diffusé l’Appel auprès de l’ensemble des parlementaires polonais.
Le 5 décembre, six organisations polonaises, dont les 4 participants au séminaire de Luxembourg, ont commencé à élaborer un projet de sensibilisation et de plaidoyer sur le thème de la promotion du droit à l’alimentation et de la souveraineté alimentaire.
En France
Le PS et le PCF viennent de tenir leur congrès et vont commencer à travailler sur leur programme pour les élections européennes.
Quant à l’UMP, il vient de changer de secrétaire général et nous a promis sa réaction pour janvier. Tous ces partis, ainsi que le MODEM, ont été relancés. Objectif: obtenir une réponse écrite et détaillée concernant nos propositions avant le 25 janvier, veille du sommet sur la sécurité alimentaire dans le monde, à Madrid, co-présidé par le Secrétaire général des Nations Unies et le Premier Ministre espagnol.
Au Niger
Fin janvier, nous participerons à une rencontre à Niamey, avec les plates-formes paysannes du Niger, du Mali, du Sénégal et du Burkina Faso. Y sera abordé le suivi du séminaire de Luxembourg et des actions pour promouvoir l’Appel.
Une action est envisagée lors de l’Assemblée parlementaire paritaire UE-ACP (Pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique) à Prague, en-04-2009.
 

4-11-2008

Le conseil exécutif des Verts apporte son soutien à l'appel
 

8-10-2008: Rencontre avec des représentants des principaux partis belges, luxembourgeois et français

Un premier bilan des rencontres en France :
> UMP : Patrick Devedjian, secrétaire général, doit adresser une réponse détaillée d’ici mi-novembre aux propositions figurant dans l’appel
> MODEM : une conférence nationale définissant le processus d’élaboration du programme est prévue le 26 octobre. Lors de cette convention, Bernard Lehideux, parlementaire européen, a été chargé d’animer un groupe de travail sur les questions de développement. Nous serons recontactés début décembre et invités aux groupes de travail concernés par les thèmes abordés par l’appel.
> PCF : le parti communiste donnera une réponse détaillée à l‘appel et doit nous associer, selon des modalités à préciser, à l’élaboration de leur programme après leur congrès, début décembre 2008.
> PS : le processus d’élaboration ne sera défini qu’après la mise en place de sa nouvelle direction. Nous serons invités aux groupes de travail concernés par les thèmes abordés par l’appel.
> Les Verts : le conseil exécutif doit se prononcer sur l’appel prochainement. Les Verts mèneront campagne dans le cadre d’une alliance des écologistes. Dès que les commissions seront mises en place par cette alliance pour élaborer son programme, nous serons invités à intervenir dans celles qui traiteront de nos thèmes.
 

7-10-2008: L'appel est présenté au Parlement européen et la Commission européenne

Plusieurs rédacteurs africains et européens de l’appel ont participé à une audition à la commission du développement du Parlement européen ; à une rencontre avec le président de la commission du commerce extérieur du Parlement européen et à une réunion avec des responsables de la Direction Générale du Développement de la Commission européenne, en charge de l’agriculture et du développement rural.
 

6-10-2008: Lancement de l'appel « pour des politiques européennes cohérentes en faveur de la lutte contre la faim et pour des agricultures paysannes durables dans les pays du Sud »

Du 2 au 6-10-2008, le Collectif ALIMENTERRE, qui réunit le CFSI, SOS Faim Belgique et SOS Faim Luxembourg, ont organisé un séminaire à Luxembourg.
Il a réuni des représentants d’associations et d’organisations paysannes burkinabés, sénégalaises, nigériennes, polonaises, tchèque, belges, luxembourgeoises et françaises. Ce séminaire a adopté un appel « pour des politiques européennes cohérentes en faveur de la lutte contre la faim et pour des agricultures paysannes et durables dans les pays du Sud » . Ce texte s’adresse, notamment, aux partis politiques qui élaborent actuellement leurs programmes pour les élections européennes de-06-2009.
 

Autres projets dans la thématique

Pour une PAC solidaire avec le Sud
La Politique agricole commune est à un moment clé de son histoire. Au cours des 2 prochaines années, son contenu sera défini pour la période 2014-2020. Comment...
Alternatives économiques : "Nourrir le monde sans détruire la planète"
Au sommaire :...
Pour des politiques européennes cohérentes avec la sécurité alimentaire mondiale
Cette étude réalisée par le Gret pour le compte du CFSI met l’accent sur les aspects institutionnels de la CPD : organisation de l’administration de façon...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.