Au Congo, les associations font barrage au harcèlement sexuel en milieu scolaire

Au Congo

Au Congo Brazzaville, alors que 58 % des filles accèdent au collège, seules 6 % poursuivent leurs études jusqu’à l’université. L’une des principales raisons de cette rupture est le harcèlement sexuel, très fréquent en milieu scolaire. Le phénomène s’est banalisé et de nombreuses jeunes filles subissent cette forme de violence de la part de leurs enseignants ou responsables d’établissement. Les victimes ignorent le plus souvent les textes qui les protègent et ne savent pas vers qui se tourner pour se défendre.
En vue de lutter contre cette violence faite aux femmes, l’Association pour la Promotion de l’Initiative Privée (APIP) a lancé une campagne pour prévenir le harcèlement sexuel en milieu scolaire, en partenariat avec des associations locales dans le cadre du Programme Concerté Pluri Acteurs mené par le CFSI.
Le but est de sensibiliser les lycéens en leur enseignant leurs droits. Les garçons et les filles de plusieurs lycées de la capitale et de Pointe-Noire, la deuxième grande ville du pays, ont suivi des sessions de formation centrées sur les textes de loi pour la protection de l’enfant. Ils savent désormais vers qui se tourner en cas de problème et se sont également formés à la communication non violente. Ils disposent d’un numéro de téléphone pour dénoncer des cas de harcèlement.
Le personnel enseignant et administratif s’est engagé dans ce projet et a participé à des débats sur l’assistance aux victimes d’abus sexuels. L’Association pour la Promotion de l’Initiative Privée a mis en place des cellules d’écoute qui accueillent les jeunes femmes et distribue des brochures sur le harcèlement sexuel.
Les sanctions juridiques existent mais le sujet reste tabou : les coupables demeurent souvent impunis faute de plaintes. Le fait de promouvoir la loi auprès des lycéens pousse les victimes à briser le silence.
A l’heure actuelle, si le droit des enfants est effectivement reconnu au Congo, il n’existe aucune règlementation spécifique contre le harcèlement sur les jeunes femmes majeures. A long terme, ce projet permettra d’interpeller les décideurs politiques pour qu’ils votent une loi contre le harcèlement sexuel. En sensibilisant la population et en se basant sur les dépôts de plainte et les témoignages collectés par les cellules d’écoute, les associations peuvent changer la donne au niveau politique.
Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus vaste soutenue par les donateurs du CFSI, l’Union Européenne et l’Agence française de développement qui rassemble une centaine d’associations congolaises et françaises. 43 projets ont été mis en œuvre depuis 2010. Pour poursuivre ses actions au Congo, le CFSI doit collecter 50 000 euros d'ici fin 2013. Votre soutien est indispensable !

Autres projets dans la thématique

Au Congo Brazzaville : défendre les droits des personnes en situation de handicap
Au Congo Brazzaville, l’article 18 de la constitution de 2015 stipule que « Tout citoyen a droit, en tout lieu, à la reconnaissance de sa personnalité juridique. » Ce droit est reconnu par la...
Au Congo Brazzaville : les travailleuses domestiques se mobilisent pour défendre leurs droits
Au Congo plus particulièrement dans les grandes villes comme Brazzaville, au moins la moitié des ménages ayant un revenu conséquent emploient des personnes assumant les tâches domestiques....
Au Congo Brazzaville, l’agroforesterie pour lutter contre le réchauffement climatique
Alors que la culture de la canne à sucre est responsable de la surexploitation des terres dans le département de la Bouenza, dans la commune de Nkayi, c’est la production de briques en terre cuite...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.