Au Congo-Brazzaville, améliorer l’accueil prénatal et périnatal des femmes et de leurs enfants

centre de soin-APSS-PCPACongoBrazza

Dans le département de Pointe Noire, le manque de moyens ne permet pas de développer une infrastructure de santé suffisante pour couvrir l’ensemble des besoins des populations.

Le manque de suivi médical est lourd de conséquences sur la santé des jeunes filles (15 %  des accouchements dans les centres de santé du département sont le fait de mères de moins de 19 ans) et des 20 000 nouveaux nés chaque année dans le département. Ainsi, 55 % d’entre elles ne bénéficient d’aucun suivi de grossesse. 65 enfants décèdent chaque année à la naissance. 16 000 cas de malnutrition ont été recensés chez les enfants de moins de 6 ans. Les conditions socio-économiques difficiles des mères ont des conséquences négatives sur la relation mère-enfant, pouvant générer des abandons.

Les associations congolaises pour le bien-être familial (ACBEF), pour l’éducation prénatale (ANEP), de prestations des soins de santé (APPSS) et le cercle d’action pour la promotion du bien-être social (CABS) – tous les 4 membres du PCPA Congo, ont décidé de mettre en commun leurs compétences pour renforcer les services de 3 centres de santé de Pointe Noire,  en termes de suivi et prise en charge des futures mères et de l’état nutritionnel des enfants.

En collaboration avec les services publics du secteur de la santé de Pointe Noire, 2e ville du pays, les objectifs de ce projet à 3 ans sont :

  • D’assurer la bonne prise en charge de 450 femmes enceintes. Celle-ci couvre la tenue régulière des séances de consultation prénatale, le traitement de la femme contre le tétanos, le paludisme (via la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticides), la supplémentation en fer et l’assistance médicalisée à l’accouchement. Les centres de santé seront pourvus du matériel nécessaire.
  • De suivre l’état nutritionnel de 900 enfants de 0 à 6 ans et la récupération nutritionnelle de 300 enfants. En assurant la formation des personnels encadrants et des mères, en organisant les consultations nécessaires au suivi et en constituant un répertoire d’aliments localement disponibles pour la récupération.
  • D’impliquer les leaders de communauté dans la prévention des problèmes relationnels entre la mère et l’enfant, via des sensibilisations organisées dans les centres de santé, afin notamment d’éviter les abandons.

Alors que la crise de la Covid-19 menace l’équilibre fragile d’une population vulnérable, il est nécessaire d’apporter son soutien pour l’accès à un droit essentiel : la santé.  Afin que nos projets puissent se développer et atteindre leurs objectifs, faites un don.

 

centre de santé ACBEF PCPACongoBrazza

Autres projets dans la thématique

Au Congo Brazzaville : défendre les droits des personnes en situation de handicap
Au Congo Brazzaville, l’article 18 de la constitution de 2015 stipule que « Tout citoyen a droit, en tout lieu, à la reconnaissance de sa personnalité juridique. » Ce droit est reconnu par la...
Au Congo Brazzaville : l’accès aux biens essentiels et aux masques, une priorité
En plus des gestes barrières contre la Covid-19 (équipements, distanciation sociale…), un confinement et un couvre-feu ont été décrétés le 1er avril 2020 sur tout le territoire par le...
Vidéo : bilan d’un projet contre les discriminations au Congo Brazzaville
À Djambala et Makoua, sous l’impulsion de l’association des personnes handicapées de Makoua (APHM) et de l’association des handicapés du Congo pour la réflexion économique et sociale...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.