Au Burkina Faso : Laafi Benre, « la bouillie qui donne la santé »

Au Burkina Faso : Laafi Benre

Au Burkina Faso, il existe une vingtaine d’unités de production de farines infantiles fortifiées (entreprises, associations ou groupements de femmes). Elles s’approvisionnent localement en maïs, arachide, soja, sésame, niébé, mil ou encore sorgho. Depuis 2005, le Gret (membre du CFSI) travaille avec ces unités pour garantir la qualité nutritionnelle des produits et en promouvoir l’utilisation des auprès des populations les plus vulnérables.

Dans les quartiers périphériques de Ouagadougou où la population explose, il a implanté 4 kiosques de préparation et de vente de la bouillie Laafi Benre (traduction : « bouillie qui donne la santé »). Il agit en partenariat avec l’association locale ASEFF pour sensibiliser les populations de ces quartiers aux bonnes pratiques d’alimentation des jeunes enfants.

Découvrez aujourd’hui le témoignage de Noélie Ouedraogo, présidente de l’association ASEFF :

Noélie Ouedraogo, présidente de l’ASEFFQuel bilan faites-vous du projet Laafi benre ?

N. O. : Ce qui a prévalu dans le choix de ces quartiers pour intervenir, c’est un taux élevé de malnutrition dans la zone. Les maris ne travaillent pas et les femmes ont comme seule ressource le ramassage du sable pour nourrir leurs enfants et les scolariser.

L’impact des bouillies fortifiées sur la santé des enfants est vraiment positif. Les autorités locales, les autorités municipales, les religieux, les chefs coutumiers sont vraiment contents de la mise en place des kiosques dans leurs quartiers.

Ce matin par exemple, nous avons rencontré un enfant qui était malnutri au départ, mais depuis que la maman a commencé à lui donner Laafi benre, il est en pleine forme.

Que pensez-vous de la motivation des préparatrices et des vendeuses ?

N. O. : Pour les femmes qui ont la chance d’être retenues pour la vente et la préparation des bouillies, cela constitue une nouvelle activité génératrice de revenus. Elles et leurs maris sont vraiment contents. Une demande serait de les aider à relever leurs rémunérations pour qu’elles puissent mieux subvenir à leurs besoins. Elles sont prêtes à se donner à fond pour que l’activité se pérennise. Elles sont vraiment motivées. Chaque fois à partir de 4h du matin, elles sont debout et viennent au kiosque, elles nettoient et commencent à préparer la bouillie, et à partir de 5h30, elles sont sur la route avec leurs charrettes ou leur vélos pour vendre. Même si ce n’est pas beaucoup, elles ont pu mettre de l’argent en banque pour pérenniser l’activité.

Quelle est votre vision du projet dans les prochaines années, quelles perspectives ?

N. O. : Mon souhait le plus intime pour Laafi benre est que les kiosques soient multipliés à d’autres quartiers non lotis de Ouagadougou car nous intervenons aussi dans d’autres zones, très vastes. Et pour les zones déjà couvertes, comme le maire de Bissighin l’a dit, il serait bien de multiplier les kiosques pour qu’ils soient plus proches de la population.

Plus d’informations sur www.nutridev.org

Le CFSI, avec le soutien de ses donateurs, a participé au financement de cette action dans le cadre de du programme Promotion de l’Agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Appel 2013).

Autres projets dans la thématique

Face à la crise Covid-19, il y a urgence pour les agropasteurs burkinabés
Dans les communes de Kaya et Boussouma, au nord du Burkina Faso, 300 agropasteurs, dont 200 femmes, sont en grande difficulté depuis la mise en place de restrictions de circulation et de...
En Guinée Conakry, les vendeuses de rue en première ligne pour le bien manger
La restauration de rue est un secteur économique de première importance dans les villes ouest-africaines : un grand nombre de femmes mènent cette activité rémunératrice sur le pas de leur porte...
En Côte d’Ivoire, privilégier le consommer local et durable
En Côte d’Ivoire, comme dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, les besoins nutritionnels de la population, évalués à 1 800 000 tonnes/an pour assurer une alimentation de qualité, sont...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.