Algérie, Egypte, Maroc, Tunisie : Actions de solidarité pour l’emploi des femmes

Algérie

La participation active des femmes aux révolutions du printemps arabe a mis en lumière le combat quotidien mené, autrefois dans l’ombre, pour le respect de leurs droits.

Après avoir participé à l’évolution politique de leur pays, celles-ci aspirent désormais à être ouvertement actrices de leur développement. Cet accomplissement et ce cheminement vers une plus grande indépendance, au sein même du foyer, passent par l’accès à l’emploi ou la création d’activités rémunératrices.

Pour les accompagner, BATIK International, membre du CFSI, et ses quatre partenaires méditerranéens ont mis en place depuis 2011 le projet Genre et Economies Pluri’Elles en Algérie, en Egypte, au Maroc et en Tunisie.

Les actions entreprises répondent tant aux besoins sociaux (accès aux soins, à l’éducation, à une médiation ou assistance juridique en cas de violence, etc.) qu’économiques des femmes (accès au crédit, à l’emploi, à la formation).

Pour mettre en place ces activités, BATIK International organise des espaces de formation, d’échange d’expériences et de pratiques entre ses partenaires sur les thèmes de l’accompagnement global des femmes, la diversification des métiers et l’entreprenariat. En 2013, ces échanges se sont d’ailleurs étendus à la France : les ateliers ont notamment permis de confronter, dans une optique d’enrichissement mutuel, les initiatives en région Ile-de-France à celles menées en Egypte et au Maghreb. Les associations qui participent à ce projet en sortent renforcées, avec un personnel formé pour agir au plus près des besoins des femmes.

Les résultats sont au rendez-vous

Les agences pour l’emploi, les fédérations professionnelles, les centres de formation, les entreprises et les pouvoirs publics des pays concernés sont directement associés aux actions locales du projet. A terme, près de 750 femmes pourront lancer leur activité économique, en zone rurale ou urbaine, grâce à un accès au crédit facilité.

En Egypte, 117 femmes habitant le quartier El Marg au Caire ont trouvé un emploi ou ont démarré leur propre activité en deux ans. Douze d’entres elles se sont ainsi lancées dans la maintenance d’ordinateurs et de téléphones portables, un secteur porteur mais jusque là fortement masculinisé. Grâce à cette nouvelle activité, elles améliorent durablement le niveau de vie de leurs familles.

Cette action a été soutenue par le CFSI, l’Agence française de développement, l’Union européenne et le Conseil Régional d’Ile-de-France. En 2011, dans le cadre du programme société civile et participation, le CFSI a attribué 35 560 € pour mener à bien cette action.

Pour la continuité des actions du CFSI, votre soutien est indispensable, faites un don.

crédit photo : Emploi des femmes en Afrique du Nord © Batik International

Autres projets dans la thématique

A Madagascar, les apiculteurs parlent d’une seule voix
Près d’un malgache sur huit travaille dans l’artisanat. Ce secteur, véritable « moteur » de l’économie, est source de revenus pour de nombreuses familles. Pourtant, les artisans font face...
En Guinée, collectivités et société civile s’unissent pour le développement local
Depuis 2006, les collectivités locales de Guinée disposent de compétences pour définir et mettre en œuvre des politiques répondant aux besoins des populations....
Citoyens, sociétés civiles et pouvoirs publics : nouveaux enjeux, nouveaux défis
Actes du séminaire international CFSI-IRG...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.