Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Au Sénégal, les femmes transformatrices de poisson en grande difficulté | Comité Français pour la Solidarité Internationale

Au Sénégal, les femmes transformatrices de poisson en grande difficulté

Femmes vendant du poisson, Sénégal © Essentiel

Dans la lettre d’information du CFSI du mois de mars 2020, nous vous présentions l’un des 9 projets sélectionnés sur la période 2019-2021 dans le cadre du programme Coopérer autrement en acteurs de changement : « Au Sénégal : une assurance maladie pour les travailleuses en situation de précarité ».

Suite aux mesures prises par le gouvernement sénégalais pour lutter contre la Covid-19, la situation des 250 femmes accompagnées dans le cadre de ce projet s’est détériorée.

Chassées par la police qui redoute les attroupements, les femmes ne peuvent plus s’approvisionner en poisson ou encore occuper leur terrain pour le séchage et la transformation, ce dernier ayant été récupéré par la municipalité. Jusqu’alors organisées en groupement, elles ont préféré s’éparpiller afin d’adapter leur activité en vendant, par exemple, des petits déjeuners. Or, la disparition des groupements fragilise les dynamiques collectives et met fin à toute action prévue de formation. La perte du terrain retarde l’installation des équipements prévus : fumoirs, claies de séchage…

Pour rappel, les transformatrices de poisson de Yenne et Mbao travaillent déjà dans des conditions extrêmement précaires, sans protection sociale. En outre, elles sont confrontées à un problème de surpêche étrangère dans la région. Face à l’impossibilité d’accéder à des stocks suffisants de poisson du fait de cette surpêche, l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas), partenaire du projet, a saisi la FAO, les ministères et la mairie. L’enjeu est de maintenir en vie les groupements de femmes, pour permettre la continuité du projet et plus largement, leur activité collective.

Ce contexte de pandémie, comme partout dans le monde, fragilise un peu plus les acteurs de l’économie informelle déjà confrontés à une importante précarité. Plus que jamais le CFSI et ses partenaires ont besoin de votre soutien afin de soutenir et pérenniser les activités en faveur des plus vulnérables. Faites un don.