Le pastoralisme contre la malnutrition en Mauritanie

Le pastoralisme contre la malnutrition en Mauritanie

Au sud de la Mauritanie, les populations consomment peu de produits laitiers et de viande, en particulier dans les villes. La région compte pourtant un cheptel très important qui sert d’épargne aux familles. Autour des villes de Kaedi et Mbout, il existe des productions traditionnelles de viande séchée (tischtar) et de beurre (zbda). Mais, avec la concurrence de l’huile importée et des problèmes liés au stockage et aux conditions sanitaires, les agro-pasteurs perdent chaque année une partie de cette production.
Le Grdr, association membre du CFSI, accompagne 480 femmes de la région dans une formation de deux ans sur les bonnes pratiques de fabrication et d’hygiène. Une fois formées, elles peuvent garantir la sécurité sanitaire de leurs produits et mieux satisfaire les besoins en protéines des consommateurs urbains.
Avant je consommais le lait et la viande de tous mes animaux malades, mais maintenant je ne le fais plus. Dès que je soupçonne une maladie, j’attache l'animal à la corde. Le soir quand je pars traire les vaches, je me lave les mains et je lave tous les ustensiles. Lors des formations, on nous a également expliqué comment transformer le lait en beurre, tout en gardant  les qualités nutritionnelles et gustatives. [Témoignage de Madame Habi Boily Ba, transformatrice du lait en beurre à Diawout dans la commune de Néré Walo]
La radio de Kaédi diffuse également les informations sur les bonnes pratiques promues. Dans une région où le taux de malnutrition aigüe (12 %) dépasse le seuil d’alerte fixé par l’Organisation mondiale de la Santé (10 %), il est urgent de reconsidérer les agro-pasteurs comme des acteurs économiques ayant un rôle crucial à jouer dans la sécurité alimentaire.
Les donateurs du CFSI et l'Agence Française de Développement soutiennent cette initiative à hauteur de 30 000 € dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest ».
 

Autres projets dans la thématique

Covid-19 – Quelle situation en Afrique de l’Ouest ?
Dans une tribune parue le 23 avril dernier, 100 membres de Cités Unies France, association nationale qui regroupe les collectivités territoriales françaises engagées dans...
Face à la crise Covid-19, il y a urgence pour les agropasteurs burkinabés
Dans les communes de Kaya et Boussouma, au nord du Burkina Faso, 300 agropasteurs, dont 200 femmes, sont en grande difficulté depuis la mise en place de restrictions de circulation et de...
En Côte d’Ivoire, privilégier le consommer local et durable
En Côte d’Ivoire, comme dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, les besoins nutritionnels de la population, évalués à 1 800 000 tonnes/an pour assurer une alimentation de qualité, sont...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.