Au Niger : l’agriculture familiale, rempart contre l’insécurité alimentaire

Au Niger : l’agriculture familiale

Depuis quelques années, des milliers de Nigériens et des habitants des pays voisins s’installent à Makalondi, une commune du sud-ouest du Niger, pour travailler dans les mines d’or. Souvent accompagnés de leur famille, ils vivent dans la précarité : habitat insalubre, mauvaises conditions sanitaires et accès difficile à une alimentation de qualité en quantité suffisante.

Entre deux récoltes, les enfants de moins de 5 ans sont les premières victimes de la malnutrition
La production agricole locale, fragilisée par une sécheresse persistante et un état de dégradation des sols avancé, ne suffit pas à répondre à la demande. Cette situation engendre de graves problèmes de malnutrition. Pire encore, le taux de mortalité maternelle et infantile est très élevé.

Pour lutter contre la faim : soutenir l’agriculture familiale de la zone
Face à ce phénomène, l’association Eau Vive et son partenaire local l’APJD accompagne le développement des activités de maraîchages situées à proximité des mines. 250 femmes productrices s’organisent en groupements, se forment à de nouvelles techniques de fertilisation des sols et de conservation des produits. Elles ont accès au microcrédit pour financer des systèmes d’irrigation goutte-à-goutte. Soutenues par les autorités locales, elles se mettent en relation avec les commerçants et restaurateurs des zones minières pour approvisionner les populations vulnérables. 6 000 personnes auront désormais accès à une meilleure alimentation.

Les donateurs du CFSI et l’Agence Française de Développement soutiennent cette initiative à hauteur de 25 000 € dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest ».

Autres projets dans la thématique

Au Togo : le jus Léleng au service du développement local
On connaît bien la noix de cajou, mais connaissez-vous la pomme de cajou ? Aussi appelée pomme d'anacarde, ce fruit est en réalité le pédoncule de la noix de cajou, et il est 100% comestible. Au...
Se réapproprier son alimentation, un premier pas vers la souveraineté alimentaire
Tata Ametoenyenou, directeur de l’Oadel au Togo, partage une longue histoire avec le CFSI. Depuis 2009, il participe activement au festival ALIMENTERRE et les actions de son association sont...
Mobilisation pour des accords de commerce solidaires avec le Sud
Alors que les poudres de lait, bouillons de cube, pains et pâtes à base de blé, volailles surgelées et autres produits importés à bas coûts inondent les marchés ouest-africains, la destruction...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.