Mauritanie : les défis d'une production agricole locale

Mauritanie : les défis d'une production agricole locale

La région du Guidimakha, située à l’extrême Sud-Est de la Mauritanie, à la frontière du Sénégal et du Mali, est la plus pauvre du pays.
Sa population, en majorité rurale, peine à vivre décemment des revenus tirés de l’agriculture.
Les terres sont pourtant fertiles et la pluviométrie est avantageuse, contrairement à d’autres régions du pays. Mais les maraîchers de la région cumulent plusieurs « handicaps ». Ils manquent de semences et d’engrais de qualité. Ils disposent de systèmes d’irrigation peu nombreux et inefficaces. Ils rencontrent des difficultés liées à la conservation et au stockage des produits, rapidement périssables. Ils sont peu organisés pour vendre leur production auprès des consommateurs locaux. Enfin, pendant la saison sèche, les producteurs vendent leurs maigres récoltes à perte sur les marchés et subissent la concurrence des légumes importés (tomates d’Espagne ou du Maroc, pommes de terre et oignons des Pays-Bas).
Ce sont tous ces défis que le GRDR, membre du CFSI, associé à deux organisations mauritaniennes (le Collectif des Unions de Coopératives au Guidimakha et l’Union des Coopératives Féminines) ont décidé de relever : ils se sont engagés à améliorer la culture et la commercialisation des produits maraîchers.
Actuellement, 350 producteurs et productrices se sont portés volontaires pour des formations à de nouvelles techniques : protection des cultures contre les insectes et les rongeurs, fertilisation des sols, conservation des récoltes, utilisation d’un nouveau matériel d’irrigation… 15 vendeuses de légumes du marché de Sélibaby ont un contact direct avec les producteurs et deviennent les relais de la commercialisation des récoltes.
Les actions choisies pour mener à bien ce projet se veulent respectueuses de l’environnement. Les producteurs sont encouragés à utiliser de la fumure organique pour améliorer la fertilité des sols. Cela leur évite d’acheter des engrais chimiques. Le Guidimakha étant une région d’élevage, l’accès au fumier est donc garanti à moindre coût. Les coopératives sont équipées en système de « goutte à goutte » pour irriguer les terres. Ce dispositif permet des économies d’eau significatives et réduit la pénibilité du travail pour les exploitants agricoles. Les maraîchers utilisent des plantes plutôt que des pesticides pour protéger les cultures. Toutes ces techniques, en plus d’être économiques et écologiques, garantissent des produits sains et de meilleure qualité. Les coopératives vont communiquer auprès des consommateurs sur les bienfaits du « consommer local ».
Ce projet fait partie des initiatives soutenues dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par la Fondation de France et le CFSI. En 2012, le CFSI a attribué 30 000 € pour mener à bien cette action. Votre soutien est indispensable !

Autres projets dans la thématique

Une pêche durable pour nourrir les populations au Mali
Au Mali, dans le delta central du Niger, la pêche, la transformation et le commerce du poisson jouent un rôle essentiel dans la vie économique, sociale et culturelle de la population. ...
Covid-19 : mobilisons-nous pour la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest !
Au Burkina Faso, les citadins achètent leurs fruits et légumes au bord des routes ou dans les quartiers populaires. Avec les mesures de confinement, et alors que les récoltes battaient leur plein,...
Face à la crise Covid-19, il y a urgence pour les agropasteurs burkinabés
Dans les communes de Kaya et Boussouma, au nord du Burkina Faso, 300 agropasteurs, dont 200 femmes, sont en grande difficulté depuis la mise en place de restrictions de circulation et de...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.