En Guinée-Bissau, des femmes se mobilisent pour défendre une huile de palme durable

En Guinée-Bissau

Dans la région de Cacheu au nord de la Guinée-Bissau, 600 femmes vivent de l’extraction et de la transformation de l’huile de palme. La forêt où poussent les palmiers sauvages occupe 8 % du territoire.
Riche en vitamines A et E, l’huile de palme est centrale dans l’alimentation et la culture des familles rurales. Pourtant, à cause d’un équipement peu adapté, les travaux de cueillette, de transformation et de conservation des fruits à huile sont pénibles et exigeants. Le rendement est faible.
L’activité traditionnelle de ces femmes est concurrencée par l’huile de palme industrielle de Côte d’Ivoire et menacée par la déforestation en faveur de la production de bois de charpente.
Le Grdr, membre du CFSI, accompagne ces femmes depuis 2015 afin qu’elles conservent et développent leur activité vers les marchés de la région. En certifiant leur production « huile de palme durable et de qualité », l’objectif est non seulement de préserver la biodiversité de la forêt mais également de nourrir les populations locales avec des produits à prix accessibles et de bonne qualité nutritionnelle.
Presse, fûts, bassines, seaux, tamis, bâches, brouettes … La première phase du projet s’est concentrée sur la fourniture de matériel et la formation des femmes aux techniques de production.
« Avec la presse, on produit plus rapidement, sans difficultés et avec un meilleur rendement. Les bâches reçues sont de très bonne qualité et ont beaucoup aidé à la production d’huile de palme propre car le séchage des noix se faisait à même le sol et en cas d’averse, on ramassait le sol en même temps. Les brouettes ont été très utiles dans le transport des noix de palme mais aussi de l’huile produite vers la route pour la commercialisation. Les unités de transformation ont regroupé l’ensemble des productrices dans un seul lieu, facilité la production surtout pendant la saison des pluies et ont servi à protéger contre les contaminations bactériennes », témoigne Ana Gomes, membre du comité de gestion des équipements du groupement Batoumnafood de Bounocli.
La seconde étape consiste désormais à développer les débouchés commerciaux, en ciblant plus particulièrement les marchés de Canchungo, Bissau et Ziguinchor (Sénégal). Il s’agit de renforcer les capacités de négociation des femmes avec les autres acteurs de la filière : service de l’État, distributeurs, organisations de consommateurs afin de promouvoir leurs produits.
Au total, ce projet ambitionne de soutenir 480 familles jusqu’à fin 2020. Pour que ces femmes conservent leur indépendance, elles ont besoin de votre soutien.
Pour en savoir plus sur ce projet, lisez l'interview de Abdou Seydou Mané, référent « développement rural » au Grdr.
Ce projet fait partie des projets sélectionnés dans le cadre du programme CFSI-Fondation de France « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest ». Pour soutenir de nouvelles initiatives, le CFSI a besoin de votre soutien. Faîtes un don !
 

Autres projets dans la thématique

En Côte d’Ivoire, privilégier le consommer local et durable
En Côte d’Ivoire, comme dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, les besoins nutritionnels de la population, évalués à 1 800 000 tonnes/an pour assurer une alimentation de qualité, sont...
Au Sénégal, la souveraineté alimentaire passe par le manger local et durable à la cantine
Avec une population de plus de 500 000 habitants en croissance constante, les activités économiques du département de Rufisque subissent des mutations majeures. Parmi elles, une perte d’espaces...
En Guinée Conakry, les vendeuses de rue en première ligne pour le bien manger
La restauration de rue est un secteur économique de première importance dans les villes ouest-africaines : un grand nombre de femmes mènent cette activité rémunératrice sur le pas de leur porte...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.