France – Sénégal : croiser les expériences pour l’insertion des jeunes

France – Sénégal : croiser les expériences pour l’insertion des jeunes

Comment attirer les jeunes vers les filières professionnelles qui embauchent ? Comment les informer, les orienter, les former et les accompagner vers l’emploi ?

Lancé fin 2019 dans le cadre du programme Coopérer autrement en acteurs du changement, le projet « TerraPro : territoires apprenants et professionnalisants » mobilise les acteurs de la formation et de la jeunesse afin d’améliorer les dispositifs d’accompagnement pour l’insertion professionnelle des jeunes. Porté par l’association Pays de Savoie solidaires, membre du CFSI, ce projet s’inscrit dans le cadre d’une coopération décentralisée entre les départements de la Savoie et de Bignona au Sénégal.

Magnolia Houlbrèque, Chargée de mission Pays de Savoie solidaires, témoigne :
« L’originalité de cette démarche est qu’elle est menée simultanément sur deux territoires : à la fois à Bignona et en Savoie. Cela permet de créer du lien entre des acteurs, de tirer parti des apports mutuels pour créer des choses auxquelles on n’avait pas pensé. À Bignona, les jeunes ne connaissent pas les formations qui existent et ces dernières sont mal réparties sur les différentes filières, avec des redondances. Les jeunes tardent à s’insérer car les filières porteuses telles que celles du solaire, du bois et de l’agro-alimentaire ne sont pas forcément en lien avec les centres de formation. Il n’est pas rare que l’entrée dans la vie professionnelle se fasse tardivement, vers l’âge de 30 ans. En Savoie, les jeunes déscolarisés de 16 à 25 ans enchaînent les formations sans trouver leur voie malgré de nombreux dispositifs d’accompagnement, ce qui retarde leur entrée sur le marché du travail. Or, certains secteurs tels que celui du BTP manquent de candidats qualifiés. À Bignona comme en Savoie, l’initiative TerraPro s’attache à répondre à ces problématiques en œuvrant, de part et d’autre, à améliorer les dispositifs d’accompagnement à l’insertion professionnelle des jeunes et à renforcer le maillage territorial des acteurs de la jeunesse et de l’insertion

Malgré la crise de la Covid-19, les avancées sont nombreuses. À Bignona, un catalogue papier et digital regroupant l’ensemble des formations professionnelles du département a vu le jour et est largement diffusé auprès des jeunes depuis la rentrée 2020. Même si les activités en présentiel ont été annulées, la visio-conférence permet de continuer les échanges entre les professionnels de la formation des deux pays. Des portes ouvertes virtuelles ont été proposées aux jeunes. À cette occasion, 9 vidéos courtes pour présenter les spécificités de chaque centre de formation ont vu le jour et sont diffusées sur les réseaux sociaux. Depuis la fin du confinement au Sénégal, les activités ont repris leurs cours et un groupe de travail sur l’entreprenariat des jeunes devrait lancer ses actions en janvier 2021. Malgré des restrictions plus fortes en Savoie, le programme TerraPro a continué d’alimenter le travail de réflexion sur les 16-25 ans dans le cadre de trois rencontres du Laboratoire Jeunesse Départemental en 2020. En 2021, l’enjeu sera de consolider le groupe de travail TerraPro en Savoie, en impliquant ses membres dans des échanges d’expériences avec le Réseau des Acteurs pour l’Emploi à Bignona, virtuellement ou via des déplacements si le contexte le permet.

« Le programme Coopérer autrement en acteurs de changement permet de faire vivre la coopération entre deux territoires, en faisant travailler main dans la main l’ensemble des structures économiques, de la jeunesse et de la formation pour progresser ensemble sur une problématique commune. En cette période de repli sur soi, il est essentiel de créer du lien, de partager les expériences, de prendre du recul. La crise de la Covid-19 montre combien il est important de laisser le champ libre aux territoires afin de leur permettre de s’adapter au plus proche des besoins du terrain, en un seul mot, de trouver d’autres façons de faire pour en assurer la pérennité et le développement économiques. »

Lancé en 2014, le programme Coopérer autrement en acteurs de changement permet de soutenir des initiatives fondées sur la coopération entre territoires et pour la réalisation des 17 objectifs de développement durable. Sur la période 2019-2021, il soutient 9 projets en faveur du développement local économique et durable, de conditions de travail décentes pour les personnes en situation de précarité et l’insertion des jeunes. Pour soutenir ce programme et ceux portés par le CFSI, faites un don.

Autres projets dans la thématique

France-Mali : Développer l'économie sociale et solidaire pour faciliter l'insertion économique des migrants
22-01-2016, des représentants des associations Grdr-Mali, Acteurs pour une Economie Solidaire Hauts-de-France (Apes) et Espace migration et développement de Kayes (EMDK), entrent dans le...
En Guinée : des parcours professionnalisants pour les jeunes ruraux
Constituée à 85 % de personnes de moins de 45 ans et 50 % de moins de 15 ans (source Unicef 2013), la population guinéenne est très jeune. Malheureusement, du fait de l’absence d’un système...
9 nouveaux projets pour le programme Coopérer autrement en acteurs de changement
Le programme Coopérer autrement en acteurs du changement entre dans sa deuxième phase. 9 nouveaux projets viennent d’être sélectionnés pour bénéficier d’un accompagnement et d’un...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.