Encourager les alliances pluri-acteurs pour dynamiser les territoires

Formation CGT- caac2

Dans le cadre de la 2e phase du programme Coopérer autrement en acteurs de changement, le CFSI a souhaité lancer un appel à projets à l’attention de ses membres, dédié à renforcer les liens entre eux et avec les acteurs de leurs territoires, notamment en France. L’objectif est d’alimenter la réflexion sur les pratiques de coopération, en élargissant le cercle des intéressés à une diversité d’acteurs des territoires : réseaux multi-acteurs, entreprises, collectivités territoriales, universités …

5 projets ont été sélectionnés au début de l’année 2022, ils bénéficieront d’un soutien et d’un accompagnement de 6 à 12 mois.

Départements de la Manche et du Calvados : encourager l’accueil des réfugiés en territoire rural par l’insertion dans les métiers agricoles

Alors que l’accueil des migrants se fait majoritairement au sein des grands pôles urbains, certains départements comme ceux du Calvados et la Manche font face à l’exode rural et au manque de main d’œuvre dans les exploitations agricoles. En se rapprochant des acteurs du secteur médico-social, agricole, de l’insertion et de l’artisanat, Batik International souhaite identifier les freins à l’insertion des migrants en zone rurale. L’objectif est d’apporter des recommandations en termes de politique publique territoriale et d’améliorer ainsi les dispositifs d’intégration et d’appui à l’insertion des réfugiés en leur proposant des alternatives dans ces secteurs.

Région Alpes Maritimes : valoriser les semences paysannes et les pratiques en agro-écologie

Depuis 2018, l’association Sol travaille main dans la main avec l’association des villageois de Ndem au Sénégal à la création d’une ferme école et d’une ferme de production en agroécologie en milieu sahélien. En parallèle, Sol et le collectif des Semences Paysannes Maralpines collaborent sur un projet de gestion collective de la biodiversité cultivée. Afin d’approfondir le partage de connaissances et de compétences et ouvrir des acteurs agro-alimentaire et de la transition écologique à l’international, les 3 structures souhaitent organiser un voyage d’échange sur ces thématiques.

Région Pays de la Loire : soutenir entreprises, collectivités et associations du territoire en facilitant leurs démarches de coopération internationale

Essentiel, Guinée 44 et Univers-Sel souhaitent développer une boîte à outils portant sur le mécénat de compétences et le pro-bono à destination des entreprises, des collectivités, des universités et des associations de solidarité internationale afin de faciliter les partenariats et les échanges dans le cadre de mise en œuvre de projets de coopération à l’international. Cela fait écho à la volonté du programme CAAC de faire travailler ensemble des organisations d’horizons différents.

France : penser l’engagement syndical sur des problématiques locales en y intégrant les enjeux d’interdépendance au niveau mondial

Pour faire face à l’internationalisation des enjeux qui touchent la protection des travailleurs (ubérisation, délocalisations, filières de production externalisées, migrations …) la CGT a créé et diffuse 4 formations avec participation de syndicalistes d’autres pays pour répondre au besoin de ses comités régionaux, unions départementales ou locales. Au programme : syndiquer les travailleurs isolés / atomisés ; allier les syndicats sous-traitants / donneurs d’ordre ; syndiquer les travailleurs migrants et sans papiers ; se saisir syndicalement des enjeux écologiques.

Région Hauts-de-France : valoriser les initiatives d’intérêt économique portées par les diasporas, les acteurs de la solidarité internationale et de l’ESS

Qu’il s’agisse de questions d’évaluation de l’impact social, de nouer des partenariats collaboratifs, de travail au développement local, de contribution à la transition sociale et écologique … le monde de l’ESS et de la Solidarité Internationale partagent une même vision de l’avenir. Malheureusement, les ponts entre ces deux secteurs sont encore bien rares.

Le Grdr Migration-Citoyenneté-Développement travaille depuis plusieurs années sur le développement de pratiques relevant de l’ESS par les personnes migrantes, souhaitant créer une activité économique avec ou dans leur pays d’origine. Dans la région Hauts-de-France, il s’agit de mutualiser les apports et de renforcer le maillage sur le territoire entre les différents acteurs. Puis, par le biais de missions d’échanges avec les pays dont sont issues les diasporas, l’objectif est de soutenir le développement à l’international d’initiatives d’ESS bien souvent cantonnées à un champ d’action local.

Vous appréciez ces projets ? Soutenez nos actions, faites un don.

Autres projets dans la thématique

Dispositifs innovants pour la formation et l’insertion professionnelle
Le Tchad est l’un des pays les plus pauvres au monde avec une forte population jeune (51 % ont moins de 15 ans). L’orientation, l’accès aux études et à...
Urgence climatique : quand les syndicats s’engagent pour une transition écologique inclusive
L’urgence climatique pose de nombreux défis au syndicalisme. Comment les questions d’environnement peuvent-elles être intégrées à l’action syndicale au quotidien ? Comment concilier la...
Au Sénégal, tous mobilisés pour soutenir les productrices de sel de Palmarin
Palmarin est une localité côtière du Sénégal, située dans le delta du Sine-Saloum, une réserve naturelle, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Elle est occupée par 500 exploitations...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.