Au Burkina-Faso : nourrir les enfants avec des farines locales fortifiées

Au Burkina-Faso : nourrir les enfants avec des farines locales fortifiées

La très grande pauvreté qui touche la moitié de la population du Burkina Faso s’accompagne malheureusement d’une grave sous-alimentation de ses habitants.
Les jeunes enfants en sont les premières victimes. Chaque année, 70 000 enfants de moins de cinq ans décèdent de causes directement liées à la malnutrition. Les deux premières années de vie sont cruciales et demandent que les bouillies données en complément du lait maternel apportent les éléments nutritionnels indispensables pour couvrir les besoins de l’enfant.

Il était urgent de mettre à disposition des familles pauvres burkinabè des bouillies répondant aux besoins des bébés et à un prix adapté à leurs ressources. C’est à ce défi que le GRET, association membre du CFSI, a décidé de répondre, en lien avec l’association burkinabè ASEFF. La priorité a été donnée à la fabrication locale et à la distribution de bouillies « prêtes à consommer » dans les quartiers pauvres de la capitale, Ouagadougou. Quatre petites entreprises locales produisant des farines infantiles fortifiées se sont engagées, avec l’appui du GRET, à fournir leurs produits. Ces farines sont ensuite transformées en bouillies par des femmes qui les vendent aux mamans.

La bouillie Laafi Benre (« bouillie qui donne la santé ») est vendue 50 francs CFA (8 centimes d’euro), soit une dépense familiale de 100 FCFA pour les deux bouillies quotidiennes. Plus de 1 000 enfants profitent déjà des bienfaits de ce produit local. Ces résultats poussent le GRET et son partenaire à augmenter la production et à étendre la distribution de la bouillie à d’autres quartiers, en l’accompagnant d’une sensibilisation accrue des mères aux bonnes pratiques alimentaires pour leur enfant.

© Gret, Nutrifaso, 2013

Les activités engagées :
– amélioration de la production des quatre petites entreprises et suivi de la qualité (prélèvements aléatoires effectués et analysés en laboratoire) ;
– équipement des vendeuses en charrettes (vente ambulante) et formation à la gestion et aux techniques de vente ;
– organisation d’activités de sensibilisation des mères (émissions de radio, causeries de groupe, pièces de théâtre, etc.).

Ce projet fait partie des initiatives soutenues dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par le CFSI et la Fondation de France, et soutenu par l’Agence française de développement. Pour le mener à bien, 15 000 € sont nécessaires. Votre soutien est indispensable, faites un don dès maintenant !

Autres projets dans la thématique

Face à la crise Covid-19, il y a urgence pour les agropasteurs burkinabés
Dans les communes de Kaya et Boussouma, au nord du Burkina Faso, 300 agropasteurs, dont 200 femmes, sont en grande difficulté depuis la mise en place de restrictions de circulation et de...
Covid-19 – Quelle situation en Afrique de l’Ouest ?
Dans une tribune parue le 23 avril dernier, 100 membres de Cités Unies France, association nationale qui regroupe les collectivités territoriales françaises engagées dans...
Innover face à la crise : avec Acting for Life au Bénin, au Burkina Faso et au Togo
Le programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao), porté par le CFSI et la Fondation de France, soutient plusieurs initiatives d’Acting For...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.