Au Congo Brazzaville, ensemble pour lutter contre le paradoxe de la faim

Lancement des activités de la CASA à Makoua

Makoua est une ville du département de la Cuvette qui compte un peu plus de 20 000 habitants, dont le quart vit de l’agriculture, de la cueillette, de la pêche et du petit commerce qui en découle. Située sur la ligne de l’Equateur, la région bénéficie de vastes surfaces cultivables et fertiles ainsi que de conditions climatiques favorables. Malgré cela, sa production agricole qui dépend à 80 % de petites exploitations gérées par des femmes ou des personnes âgées, est insuffisante pour couvrir les besoins des populations. La pénurie fait augmenter les prix : les populations ne peuvent accéder à une alimentation suffisante et saine et les agriculteurs, pris en tenaille, finissent également par souffrir de la faim !

L’Association Jeunesse Active de Makoua-Opa (Ajamo) et ses partenaires ont lancé un projet ciblant une centaine de jeunes afin de leur faire connaître les métiers agricoles et de les encourager à y trouver leur voie professionnelle. A cette fin, un centre de ressource professionnelle doit être créé d’ici 2022.

Parallèlement au renouvellement de la main d’œuvre, il s’agit d’augmenter d’au moins 50 % la production actuelle. En relation avec la Préfecture et la communauté urbaine, ainsi que les autres acteurs du secteur agricole, des groupements coopératifs sont progressivement mis en place. L’objectif est de mutualiser les moyens et les connaissances afin d’améliorer les rendements et les conditions de travail à travers la mécanisation et la rénovation des pistes rurales, tout en développant le dialogue avec les pouvoirs publics.

Former, structurer et outiller les filières agricoles, tels sont les enjeux auxquels il s’agit de répondre et ainsi espérer lutter contre le paradoxe de la faim qui touche 80 % des agriculteurs et leurs familles à travers le monde.

Soutenez nos projets, faites un don.

Pour en savoir plus sur le projet.

Autres projets dans la thématique

Au Congo Brazzaville, des droits civils pour les populations autochtones
La population autochtone du département de la Sangha représente 9 % des 90 000 habitants recensés en 2017 (source : Centre National de la Statistique et des Etudes Economiques et FNUAP). Le niveau...
Congo Brazzaville : Défendre les droits des enfants des rues
Nana, élève en classe de 4e  raconte : « Des personnes âgées sont venues nous donner des conseils. Elles nous ont dit de ne pas prendre de la drogue, les ‘‘tramadols’’, parce que ce...
Au Congo Brazzaville : défendre les droits des personnes en situation de handicap
Au Congo Brazzaville, l’article 18 de la constitution de 2015 stipule que « Tout citoyen a droit, en tout lieu, à la reconnaissance de sa personnalité juridique. » Ce droit est reconnu par la...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.