Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
À Brazzaville, assainir et sécuriser l'accès à l'eau potable | Comité Français pour la Solidarité Internationale

À Brazzaville, assainir et sécuriser l'accès à l'eau potable

Source de Kibina 1, Brazzaville @CTHA

L’accès à l’eau potable constitue un problème sanitaire et social au sein même de Brazzaville.

Dans les quartiers de Kibina, Mantébé, Kintsana, Kombé et Madibou, 12 600 habitants sont régulièrement malades en raison d'un accès non sécurisé à l’eau. Les points d’eau sont couverts de tôles rouillées, exposées aux intempéries (souillures) et difficiles d’accès. Quant aux contenants utilisés par les habitants, il s’agit le plus souvent de bidons de récupération à la propreté douteuse.

Ce projet d’assainissement de 5 sources d’eau potable dans ces quartiers est porté par l’association congolaise Terre des Hommes (CTHA) en lien avec les actions de l'association des tâcherons pour le développement urbain et rural (ATDUR) et le Comité local de développement de Madibou.

Parallèlement à l’aménagement des accès à l’eau, un travail de sensibilisation de la population est mené. L’objectif est de créer des fonds et des comités de gestion qui veilleront à la sécurisation de la qualité de l’eau et à la pérennisation des aménagements réalisés.  Les chefs de quartiers sont étroitement associés pour encourager l’adhésion et la responsabilisation des populations.

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus vaste qui rassemble une centaine d’associations congolaises et françaises. D’ici 2017, près de 30 nouveaux projets vont être mis en œuvre. Pour les mener à bien, le CFSI doit collecter 185 000 euros. Pour contribuer à nos actions en Afrique centrale, faites un don.

Pour en savoir plus sur le projet