Au Sénégal, l’alimentation de demain passera par les femmes

Au Sénégal

Au Sénégal, le riz et l’arachide occupent une place importante dans l’alimentation quotidienne.
Avant d’arriver sur le marché, ces produits sont transformés, par exemple en huile d’arachide ou en riz décortiqué. Généralement, ce sont les femmes qui assurent cette transformation. Malgré leur rôle primordial dans l’alimentation de la population, elles rencontrent de nombreuses difficultés et peinent à avoir une production régulière.
Elles reçoivent les matières premières de manière irrégulière et les négociations avec les commerçants sont parfois compliquées. Le financement de départ des ateliers de transformation est souvent minime, ce qui empêche l’achat de matériel adéquat. Elles peinent à exercer leur activité de manière rentable, d'autant que leur statut de femmes les empêchent d'accéder au crédit. A travers elles, c’est toute leur famille qui vit dans des conditions précaires.
Face à cette situation, la FONGS (Fédération des organisations non gouvernementales du Sénégal) a monté un programme d’appui à ces femmes en partenariat avec le GRET, membre du CFSI. Deux régions sont concernées : l’une dans la vallée du fleuve Sénégal, pour la filière du riz ; l’autre dans le bassin arachidier. Le but est d’améliorer les conditions de travail et de vie des femmes transformatrices. 
Grâce à ce projet, les femmes suivent des formations à la gestion et aux techniques de transformation. Elles se concertent avec les producteurs de riz et d’arachide afin d’avoir un approvisionnement régulier. Les femmes vont démarcher les collectivités locales pour que des parcelles de terre leurs soient attribuées. Organisées collectivement, elles peuvent plus facilement négocier avec les commerçants. Enfin, elles bénéficient d’une aide pour accéder aux crédits.
400 transformatrices participent au projet, à l’issue duquel elles auront augmenté de 20 % leurs débouchés. Mais au-delà de ces femmes, c’est l’ensemble de leurs familles qui profite de cette action. Les associations membres de la FONGS vont pouvoir s’appuyer sur cette initiative pour faire de même : 120 000 personnes sont concernées. Les résultats du projet seront diffusés afin de partager les bonnes pratiques et d’alimenter un plaidoyer en faveur des femmes productrices qui sera adressé aux décideurs politiques.
Ce projet fait partie des initiatives soutenues dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par le CFSI et la Fondation de France, et soutenu par l’Agence française de développement. En 2013, le CFSI a attribué 30 000 € pour mener à bien cette action sur plusieurs années. Votre soutien est indispensable !

Autres projets dans la thématique

En Guinée-Bissau, des femmes se mobilisent pour défendre une huile de palme durable
Dans la région de Cacheu au nord de la Guinée-Bissau, 600 femmes vivent de l’extraction et de la transformation de l’huile de palme. La forêt où poussent les...
Face à la crise Covid-19, il y a urgence pour les agropasteurs burkinabés
Dans les communes de Kaya et Boussouma, au nord du Burkina Faso, 300 agropasteurs, dont 200 femmes, sont en grande difficulté depuis la mise en place de restrictions de circulation et de...
Innover face à la crise : avec Acting for Life au Bénin, au Burkina Faso et au Togo
Le programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao), porté par le CFSI et la Fondation de France, soutient plusieurs initiatives d’Acting For...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.