Du riz local pour nourrir les villes en Guinée : interview de Floriane Thouillot, chef de projet à Conakry

Du riz local pour nourrir les villes en Guinée : interview de Floriane Thouillot

La Guinée est un des principaux pays rizicole d’Afrique mais ne parvient pas à couvrir les besoins de sa population dont le riz est la nourriture de base. Les importations s’élevaient encore en 2010 à 300 000 tonnes pour une consommation annuelle de près d’1 million de tonnes. Floriane Thouillot est chef de projet à Conakry pour le Gret, membre du CFSI, qui appuie avec la MGE la structuration de la filière riz.
Pourquoi appuyer la filière riz en Guinée Conakry ?
Tous les guinéens préfèrent le riz local car il est étuvé, contrairement au riz importé [on commence à en trouver étuvé aujourd'hui]. L’étuvage est une technique de pré-cuisson qui permet au riz de conserver l’essentiel de sa valeur nutritive. Malgré un prix plus élevé, il n’y a pas d’invendu et il existe encore un potentiel d’accroissement de son marché. De plus, les opérations d’étuvage sont une source de revenu non négligeable pour les femmes guinéennes.
Avez-vous une stratégie particulière ?
Nous travaillons sur l'intégralité de la filière, nous sommes un des seuls projets à donner un appui à l’ensemble des acteurs. Nous avons concentré beaucoup d’efforts sur l’aval, qui n’était jusque-là pas ou peu reconnu, pas considéré et écarté des discussions en Guinée. Le fait d’avoir donné du poids aux acteurs de la transformation est fondamental et nous sommes très heureux de la création de deux fédérations de riziers, constitués d’étuveuses et de décortiqueurs.
Ce rééquilibrage se fait-il en faveur des femmes ?
D’un point de vue économique, la fédération des riziers est clairement aux mains des femmes – c'est même une présidente qui est à sa tête – car ce sont elles qui ont la part d’activité la plus importante au sein du secteur aval. En effet, elles collectent le riz auprès des producteurs, et sous-traitent ensuite le décorticage. C’est enfin elles qui vendent aux commerçants. Elles ont donc un rôle fondamental au sein de la chaîne, rôle qui leur donne, de fait, un poids décisionnel important.
Quel est votre principal atout ?
Nous avons été précurseurs dans l’animation de la concertation au sein des filières. Or, avoir une réflexion concertée est un atout important quand on travaille à l’appui des filières locales. Désormais, on peut voir qu’un lien de confiance s’est installé entre les acteurs. Les relations sont de plus en plus fidélisées entre les étuveuses et les grossistes par exemple, ce qui permet de mieux acheminer le riz vers les villes. Nous aimerions aller jusqu’à la mise en place d’accords interprofessionnels mais c’est un processus long.
Lire l'intégralité de l'entretien avec Floriane Thouillot [340ko.pdf]
Propos recueillis en août 2012 par Mathilde Leclerc (CFSI), édités en août 2013 par Justine Mounet (CFSI). 
Ce projet fait partie des initiatives soutenues dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par la Fondation de France et le CFSI. Le CFSI a attribué 30 000 € pour mener à bien ce projet. Votre soutien est indispensable !

Documents à télécharger

Autres projets dans la thématique

En Guinée Conakry, les vendeuses de rue en première ligne pour le bien manger
La restauration de rue est un secteur économique de première importance dans les villes ouest-africaines : un grand nombre de femmes mènent cette activité rémunératrice sur le pas de leur porte...
En Guinée-Bissau, des femmes se mobilisent pour défendre une huile de palme durable
Dans la région de Cacheu au nord de la Guinée-Bissau, 600 femmes vivent de l’extraction et de la transformation de l’huile de palme. La forêt où poussent les...
Au Sénégal : la crise Covid-19 pèse sur la capacité à bien se nourrir
Il y a un an, nous vous présentions un projet porté par notre membre SOL dont l’objectif est de lutter contre la malnutrition en valorisant les céréales locales. ...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.