9 nouveaux projets pour le programme Coopérer autrement en acteurs de changement

9 nouveaux projets pour le programme Coopérer autrement en acteurs de changement

Le programme Coopérer autrement en acteurs du changement entre dans sa deuxième phase. 9 nouveaux projets viennent d’être sélectionnés pour bénéficier d’un accompagnement et d’un financement de la part du CFSI.

Ce programme, destiné aux organisations membres du CFSI, vise à développer des coopérations entre les régions où ils sont implantés en France et d’autres régions du monde. Avec leurs partenaires du monde associatif, de la Recheche et du secteur marchand, ils partagent des problématiques communes et trouvent des solutions.

« Le développement local durable : plus d’alliances pour plus de réciprocité entre les territoires »
Sangha (Mali) – Allonnes (France)
Porteurs : Adesaf, Grdr et Gret

Ce projet vise à favoriser l’insertion socioprofessionnelle des jeunes et des femmes par la concertation pluri-acteurs dans les domaines de l’agriculture durable et de l’insertion socio-professionnelle dans deux territoires (Sangha au Mali, Allonnes en France) où le taux de chômage, notamment des jeunes est très élevé.

« Favoriser le travail décent de personnes en situation de précarité »
Sénégal – France
Porteurs : CFDT et Essentiel

Ce projet s’adresse à des groupements de femmes transformatrices de produits issus de la pêche et vise plus particulièrement à leur accession à une protection sociale. L’enjeu partagé concerne la mise en place d’une couverture maladie pour des travailleurs indépendants précaires, dits aussi « ubérisés ».

« L’urgence climatique et écologique et la transition socialement juste »
Bangladesh – Corée du Sud – Inde – Japon – Philippines
Porteurs : Confédération Générale du Travail, CGT Bretagne, Indecosa-CGT, Fédération mondiale des travailleurs scientifiques, syndicats nationaux des 5 pays d’intervention.

Ce projet vise à approfondir la connaissance et l’appropriation par les syndicats des enjeux environnementaux, et ainsi, dynamiser un réseau syndical sur les questions de l’urgence climatique et écologique.

« Développement des initiatives citoyennes et économiques des habitants des quartiers défavorisés entre la France et l’Algérie »
Algérie – France
Porteurs : Grdr, Ifaid, Apes, Bel Horizon, ville de Bordeaux, ville de Lille, Lianes coopération, SO coopération (Réseau régional multi-acteurs Nouvelle Aquitaine), SDH Oran.

Ce projet vise la réduction des inégalités entre les territoires et la création d’emplois décents sans effets nocifs sur l’environnement par le développement de nouvelles initiatives solidaires répondant aux besoins des habitants.

« L’insertion socioéconomique et citoyenne des jeunes comme objet d’échange et de partage des pratiques »
Guinée – France
Porteurs : Guinée 44, Union Nationale des Maisons Familiales Rurales d’Education et d’Orientation, Maison familiale rurale de Sarthe et Mayenne, Maison familiale rurale de Guinée, du Mali et du Bénin, des collectivités locales, le Réseau régional multi-acteurs Pays de la Loire.

Ce projet contribue au développement économique et social, inclusif et durable, des territoires ruraux des préfectures de Kindia et de Boké en offrant des perspectives aux jeunes. Il s’inscrit dans la continuité du projet « Insertion sociale et professionnelle des jeunes en milieu rural » de la phase 1 du programme.

« Territoires apprenants et professionnalisants »
Sénégal – France
Porteurs : Pays de Savoie Solidaire, Conseil Départemental de Savoie, Conseil Départemental de Bignona, cabinet d’expertise Kassofor, ONG Justice et développement

Ce projet construit une démarche territoriale d’accompagnement vers l’emploi pour faire des départements de Bignona et de Savoie des territoires apprenants et professionnalisant, en associant une diversité d’organisations.

« Des acteurs pluriels, au Salvador et en France, développent des liens solidaires et professionnels et agissent en complémentarité pour répondre à des enjeux économiques, sociaux et environnementaux ».
Espagne – Salvador – France
Porteur : Secours populaire

Ce projet s’inscrit dans la continuité du projet « Des paniers paysans de Comasagua au jardin solidaire de Montauban » de la phase 1 du programme.

« Valorisation de la production de sel des exploitations familiales du delta du Sine Saloum »
Sénégal – France
Porteur : Univers-Sel

Ce projet vise l’amélioration des conditions de vie des exploitations familiales du delta du Saloum par le développement durable de la saliculture traditionnelle, en voie de disparition.

« ODD LLabs : les ODD pour des territoires inclusifs et ouverts sur le monde ».
Maroc – Tchad – France – Sénégal
Porteurs : Cap Solidarités, Essor, 4D

Ce projet ambitionne de favoriser l’insertion et la formation des jeunes dans le cadre de transitions locales inclusives.

Autres projets dans la thématique

Guinée : un parcours de formation professionnelle pour les jeunes ruraux
...
France-Mali : Développer l'économie sociale et solidaire pour faciliter l'insertion économique des migrants
22-01-2016, des représentants des associations Grdr-Mali, Acteurs pour une Economie Solidaire Hauts-de-France (Apes) et Espace migration et développement de Kayes (EMDK), entrent dans le...
Au Sénégal : une assurance maladie pour les travailleuses en situation de précarité
Au Sénégal, 97 % des entités économiques recensées sont informelles. Ce secteur concerne principalement la pêche, le petit commerce, l’artisanat et emploie 75 % des femmes sénégalaises. ...

En faisant votre don, n'oubliez pas les avantages fiscaux !

Dans les 3 semaines suivant la réception de votre don, le CFSI vous fera parvenir un reçu fiscal. Si vous êtes imposable, il vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Particuliers

66 % du montant de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable
(au-delà, report sur les 5 années suivantes).
Ainsi, un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €.

Entreprises

Vos dons vous offrent une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % de leur montant dans la limite de 10 000 euros ou de 0.5 % du CA. H.T.
Au-delà de ce plafond ou en cas de déficit, un report est possible sur les 5 exercices suivants.