Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Nos actions | Comité Français pour la Solidarité Internationale

bannière programme

Coopérer autrement

Au Congo Brazzaville : défendre les droits des personnes en situation de handicap

21/06/2019
deux hommes en fauteuil roulant - Congo Brazzaville © APHM
Au Congo Brazzaville, l’article 18 de la constitution de 2015 stipule que « Tout citoyen a droit, en tout lieu, à la reconnaissance de sa personnalité juridique.&nbsp

Au Congo Brazzaville, l’article 18 de la constitution de 2015 stipule que « Tout citoyen a droit, en tout lieu, à la reconnaissance de sa personnalité juridique. » Ce droit est reconnu par la délivrance d’un acte de naissance et de la carte nationale d’identité. Celle-ci permet entre autres, de jouir du droit de vote, d’avoir un compte bancaire et de circuler librement dans le pays.

Dans les communes de Djambala (11 000 habitants) et de Makoua (20 000 habitants), 70 % des personnes vivant avec un handicap n’ont pas de carte d’identité. En plus d’êtres marginalisées et stigmatisées, elles se trouvent privées du droit à la citoyenneté.

Leur faible niveau d’instruction et de scolarisation ne leur permet pas d’avoir un emploi décent et stable. Elles sont donc condamnées à vivre dans la pauvreté, aux dépens de leur famille et soumises aux caprices de celles-ci.

Le projet "Appui à la promotion et la protection des droits des personnes vivant avec un handicap", financé par le CFSI et porté par l’Association des personnes handicapées de Makoua et ses partenaires, a pour objet :

  • d’inciter les pouvoirs publics à mettre en place un dispositif de délivrance des cartes nationales d’identité adapté aux personnes en situation de handicap ;
  • de soutenir ces personnes à créer des activités génératrices de revenu en facilitant leurs déplacements ;
  • de lutter contre les préjugés en menant des actions de sensibilisations locales.

Il combine des actions de sensibilisation, d'amélioration concrète de la situation des personnes vivant avec un handicap et le partenariat avec les pouvoirs publics afin de les inciter à remplir leurs obligations.

Depuis son lancement début 2019 :

  • du matériel a été remis à des personnes en situation de mobilité réduite avec la participation des autorités locales (tricycles, fauteuils roulants, cannes métalliques, béquilles) ;
  • la préfecture et la sous-préfecture, le tribunal, la direction des Affaires sociales et la direction départementale de la police des deux localités ont été saisis (appels à pétition), formés (journées de sensibilisation) et sont impliqués dans l’établissement des cartes nationales d’identités pour les personnes en situation de handicap ;
  • enfin, les membres de deux associations locales de prise en charge des personnes en situation de handicap ont été formés à la défense spécifique de leurs droits.

L’objectif à atteindre d’ici la fin de l’année est ambitieux :

  • l’ensemble des personnes en situation de handicap des deux communes doivent être en possession de leur carte d’identité ;
  • 42 personnes doivent être équipées pour plus de mobilité ;
  • 45 personnes doivent pouvoir créer une activité génératrice de revenu, grâce à la distribution de kits pédagogiques.

Ces actions ont particulièrement des chances de se poursuivre, au-delà même de la durée du projet, parce qu'elles reposent sur la mobilisation des personnes handicapées elles-mêmes, soutenue par une association locale. Pour aider cette démarche et appuyer d’autres initiatives, le CFSI a besoin de 50 000 euros.

Merci pour votre soutien ! Faites un don.

Congo Brazzaville : bénéficiaires en situation de handicap © APHMCongo Brazzaville : bénéficiaires en situation de handicap © APHM

 

Le PCPA Congo est financé par l’Agence Française de Développement, l’Union européenne et les donateurs du CFSI. 

Coopérer autrement

Algérie : Une pépinière pour retrouver le patrimoine ancestral curatif des plantes

18/12/2018
Des jeunes en visite à la pépinière d’Azzazga © PCPA Joussour
L’association pour la Protection de l’Environnement d’Azzazga (wilaya de Tizi-Ouzou) est soutenue par le PCPA Joussour depuis

L’association pour la Protection de l’Environnement d’Azzazga (wilaya de Tizi-Ouzou) est soutenue par le PCPA Joussour depuis le début de l’année 2018.

En partenariat avec deux instituts (spécialisés en agriculture et en recherche forestière) et les pouvoirs publics, l’APE a créé une pépinière de plantes médicinales à destination de la population locale (dont les enfants et adolescents) afin de sensibiliser à la préservation de la faune et la flore de la région.

2 enseignants ont proposé des cours sur l’identification des plantes et de leurs vertus et des sorties de reconnaissance dans le milieu naturel (foret/ école, montagne, plaine…). Les apprenants ont pu réaliser un herbier complet des plantes médicinales de la région. 3 conférences ont été également organisées dans les communes avoisinantes à Azzazga avec la population locale et les pouvoirs publics. Une occasion pour les anciennes générations de partager leur longue expérience sur l’utilisation des plantes médicinales avec les plus jeunes.

L’association est en train de finaliser la réalisation du jardin botanique et espère pouvoir mettre en vente les plantes médicinales cultivées bientôt. Enfin, l’association compte élargir la formation à de nouveaux publics.

Pour en savoir plus sur le projet.

 

 

 

Coopérer autrement

Algérie : redonner aux jeunes le goût du livre

11/10/2018
Le petit Lecteur - PCPA Algérie 2018
Dans le cadre du PCPA Joussour, l’association Le petit Lecteur pour l’accès à l’&eac

Dans le cadre du PCPA Joussour, l’association Le petit Lecteur pour l’accès à l’éducation et la culture d’Oran en partenariat avec l’association Alifbata de Marseille, met en œuvre le projet « Les métiers du livre au cœur de l’insertion professionnelle des jeunes : la bande dessinée en appui ».

Il permet à des jeunes désireux de s’inscrire dans le secteur professionnel du livre d’acquérir les outils techniques et culturels adéquats. Moyen d’expression très prisé par les jeunes, la bande-dessinée a été choisie pour attirer les participants.

Des intervenants reconnus comme le bédéiste-scénariste marseillais Yann Madé et le graphiste-maquettiste Georges Rivière sont venus animer des ateliers d’écriture de scénarios et de fabrication. L’idée étant d’accompagner les jeunes de l’idée jusqu’à la publication de leur BD. Enfin, ils seront guidés pour leur insertion professionnelle : stages chez des éditeurs, imprimeurs, librairies… et aide à la création d’entreprise.

Une première session de formation s’est déroulée du 24 au 28 mars 2018 avec l’intervention du journaliste culturel Ameziane Ferhani sur l’histoire de la bande dessinée en Algérie, de l’éditeur et libraire Boussaâd Ouadi, sur l’édition et la diffusion du livre en Algérie et enfin de Hichem Baba Ahmed, dessinateur de presse.

Une deuxième session de formation s’est déroulée du 25 juin au 1er juillet 2018 au bénéfice de 25 jeunes venant de différentes régions d’Algérie (Chlef, Alger, Bedjaia, Akbou, Tlemcen et Oran). L’écrivain et journaliste Akram El Kebir est intervenu pour parler des conditions juridiques qui régissent les relations entre auteur et éditeur : type de contrat, gestion des droits d’auteur… Des interventions ont été faites sur les différents dispositifs existants dédiés à l’insertion professionnelle des jeunes.

Nous espérons à travers ce projet aider à l’émergence de talents, aux différents stades de la production du livre : auteurs, dessinateurs, éditeurs jeunesse, imprimeurs… 

Pour en savoir plus sur le projet

Pour en savoir plus sur la problématique du livre jeunesse en Algérie

 

 

Coopérer autrement

À Brazzaville : la population se mobilise pour l'accès à l'eau potable

11/10/2018
Diagnostic d'une source d'eau - 8 Madibou Brazzaville © pcpacongo CTHA
Dans l’arrondissement 8 Madibou de Brazzaville, les populations souffrent de maladies dues à la méconnaissance des règles d’hygiène et le mauvais entretien d

Dans l’arrondissement 8 Madibou de Brazzaville, les populations souffrent de maladies dues à la méconnaissance des règles d’hygiène et le mauvais entretien des points d’eau. Ce projet, porté par l’Association Congolaise Terre des Hommes et ses partenaires dans le cadre du PCPA Congo, a pour objectif de construire et aménager 5 sources d’eau potable dans les quartiers de Kibina, Kintsana, Kombé, Madibou et Massissia.

Mené en concertation avec les populations locales, 12 000 habitants ont bénéficié :

  • de rencontres porte à porte et de réunions pour bien comprendre l’importance du projet et se l’approprier ;
  • de formations à l’hygiène, aux maladies liées à la consommation d’eau non potable et à l’éducation environnementale.

Les habitants se sont mobilisés pour organiser la collecte des fonds pour participer au financement du projet.

5 comités de gestion des sources et d’hygiène sont chargés d’encadrer les groupes de travail, de former les populations à l’entretien et à la bonne utilisation des ouvrages.

Les chefs des quartiers sont formés aux valeurs citoyennes, et pour certains, ils prennent en main l’assainissement des sites. Enfin, les pouvoirs publics locaux et les autres acteurs du territoire s’approprient des questions d’aménagement d’eau potable dans l’arrondissement 8 Madibou.

Un habitant de Moungali (Brazzaville centre) témoigne :

« L’eau du robinet nous rend malade de par sa qualité incertaine. Je quitte Moungali pour venir prendre l’eau de source à Kombé. Je suis très content de ce projet. Il faut que les populations ici à Madibou prennent la responsabilité de maintenir les sources en bon état et mettre en pratique tout ce qu’ils ont appris. »

Le PCPA Congo est financé par l'Agence française de développement, l'Union européenne, les membres du PCPA Congo et les donateurs du CFSI. Faites un don.