Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Appel à projets "Promotion de l'agriculture familiale en Afrique de l'Ouest" (Pafao) 2021 | Comité Français pour la Solidarité Internationale

Actualités

bannière programme

Appel à projets "Promotion de l'agriculture familiale en Afrique de l'Ouest" (Pafao) 2021

18/11/2020
Transformatrices de fonio © Aprossa
Le programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao) est porté conjointement, depuis 2009, par la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI).
 
Il bénéficie d’une contribution de la Fondation JM.Bruneau (sous égide de la Fondation de France) et de l’Agence française de développement (AFD). Le Réseau des organisations paysannes et de producteurs d’Afrique de l’Ouest (Roppa) est membre du comité d’orientation et de suivi. Le programme Jafowa participe au volet capitalisation du programme. 
 
Le programme soutient ou a soutenu plus de 270 initiatives depuis 2009 sur la base d’un appel à projets « général » et de 4 appels Coup de pouce (en 2015, 2016, 2017 et 2020). Il est construit autour de trois piliers complémentaires, qui forment une progression : 
  1. soutenir les innovations qui font gagner des parts de marché aux produits locaux (c’est le présent appel à projets) ;
  2. capitaliser pour tirer des enseignements utiles au-delà des projets ;
  3. soutenir la construction de stratégies de changement d’échelle afin que les initiatives réussies ne restent pas marginales mais occupent plus d’espace économique.
En s’alliant avec le Roppa, acteur majeur de plaidoyer, et en permettant l’éligibilité des projets de plaidoyer, le programme articule une démarche offensive au niveau des territoires et des filières (c’est-à-dire les innovations portées par les projets) à une démarche d’influence sur l’environnement politique et législatif afin qu’il soit plus favorable à l’agriculture familiale durable.
 
En 2021, l’objectif général est de promouvoir des initiatives locales de renforcement de l’accès à l’alimentation par une agriculture familiale ouest-africaine viable et durable, d’en partager les acquis à des échelles plus vastes et de contribuer à la documentation de la soutenabilité de ce modèle agricole, qui soit susceptible d’interpeller les décideurs pour une prise en compte de ces enjeux dans les politiques publiques. Dans un contexte de compétition avec les importations, cela revient à soutenir le « consommer local », compris comme « la consommation locale et nationale des produits des agricultures familiales ouest-africaines ».
 
Le programme apporte un appui financier exclusivement à des innovations spécifiques qui répondent à l’une (ou plusieurs) de ces 3 questions :
  • Comment la mise en marché des produits locaux issus de l’agriculture familiale peut-elle être rémunératrice pour les paysannes, les paysans et les autres acteurs des filières, au-delà des marchés de niche et permettre la généralisation de la consommation d’une alimentation produite et transformée dans le pays ou la sous-région (c’est-à-dire par un nombre important de consommateurs des catégories moyennes et pauvres, voire très pauvres) ?
  • Comment les produits locaux issus de l’agriculture familiale paysanne peuvent-ils accéder de manière pérenne aux marchés institutionnels ?
  • Comment faire des consommateurs ouest-africains et de leurs organisations des acteurs à part entière de la consommation massive de produits locaux sains et nutritifs ?