Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Au Sénégal : les agriculteurs de Mbour font face au réchauffement climatique | Comité Français pour la Solidarité Internationale

Au Sénégal : les agriculteurs de Mbour font face au réchauffement climatique

Formation Mbour - crédit photo : Agrisud

Au Sénégal, dans le département de Mbour, cinq groupements de producteurs représentant une centaine d’agriculteurs pratiquant la polyculture-élevage, ont créé une plate-forme d’information et de concertation sur le changement climatique. 

Agrisud International, organisation membre CFSI, accompagne cette initiative. Sont également impliqués les services de l’Etat et les instituts de recherche.

« Les défis sont nombreux : les agriculteurs sont déjà confrontés à une baisse de fertilité des terres, à la salinisation des sols et des eaux, et à des inondations fréquentes de leurs parcelles, au moment même où ils doivent faire les semis. Leurs revenus diminuent et les périodes de soudure entre deux récoltes deviennent très difficiles », explique Elphège Ghestem, directrice des opérations d’Agrisud International.

La plate-forme a conseillé aux agriculteurs la réintroduction de variétés mieux adaptées aux conditions locales et demandant de ce fait moins de produits chimiques. Les producteurs viennent ainsi de décider de planter de nouveau du riz, une culture abandonnée il y a plusieurs années au profit du sorgho, en s’appuyant sur les résultats obtenus sur des parcelles tests. Les agriculteurs ont également été encouragés à développer des cultures maraîchères sur pilotis. En cas d’inondation, les plants commencent à germer et peuvent être repiqués une fois l’eau évacuée. Prochaine étape : la signature d’un accord avec un fournisseur de prévisions météorologiques, un service encore peu utilisé en Afrique.

Article issu du numéro spécial d'Alternatives Economiques "Risque climatique, défi alimentaire", réalisé en partenariat avec le CFSI, dans le cadre de la campagne ALIMENTERRE et de la mobilisation autour de la COP21.

Les donateurs du CFSI et l'Agence Française de Développement soutiennent cette initiative à hauteur de 14 500 € dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest »

FAIRE UN DON

Plus d’info sur ce projet sur alimenterre.org