Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Des paniers bio pour lutter contre la grande précarité | Comité Français pour la Solidarité Internationale

Des paniers bio pour lutter contre la grande précarité

Un couple de paysans salvadoriens vendant des légumes © spf

Les associations de solidarité internationale comme le CFSI jouent un rôle majeur dans la recherche de solutions à des enjeux communs de société. En unissant leurs forces, partageant leurs expériences et leurs savoir-faire, elles luttent quotidiennement contre l’explosion des inégalités, les crises financières successives ou encore la crise écologique. La lutte contre la grande précarité fait partie de ces enjeux.

Au Salvador, le Secours populaire français accompagne des femmes à créer une coopérative de vente de paniers de légumes biologiques avec le soutien du CFSI. Une cinquantaine de femmes et de jeunes, rejoints par 200 producteurs de la région, se sont formés aux techniques de la culture bio (fabrication de bio-pesticides et de fertilisants organiques). Ils consomment leur production et vendent le surplus sous forme de paniers à destination des habitants des villes voisines.

Alors qu’elles vivaient auparavant dans une situation de précarité, les femmes de la coopérative gagnent aujourd’hui en moyenne 190 € par mois, quand le revenu agricole moyen au Salvador est de 95 €. 

En France aussi, le nombre de personnes en difficulté ne cesse de croître. Le Secours populaire français a adapté cette expérience réussie auprès de ses publics. C’est ainsi qu’est né un jardin solidaire biologique à Montauban.

Les bénéficiaires le cultivent eux-mêmes, avec le soutien technique d’un lycée agricole et d’un groupement d’agriculteurs associés au projet. La production est destinée à l’autoconsommation des bénéficiaires et aux magasins solidaires du Secours populaire.

Ce projet pilote démontre l’intérêt d'organiser les échanges entre territoires afin de résoudre des problèmes communs. Ainsi, une expérience réussie de solidarité là-bas peut être bénéfique ici et inversement.

Ce projet s'intègre dans le programme "Coopérer autrement en acteurs de changement", financé par l’Agence française de développement, la Fondation Abbé Pierre et le Comité Français pour la Solidarité Internationale.

Pour que son action continue, le CFSI a besoin de votre soutien.