Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Manger à sa faim, un défi quotidien pour un togolais sur deux | Comité Français pour la Solidarité Internationale

Manger à sa faim, un défi quotidien pour un togolais sur deux

Togo © OADEL

A Lomé, comme dans d’autres grandes villes africaines, les habitants privilégient les produits alimentaires importés. Cette réticence à « manger local » a plusieurs raisons : des importations à prix cassés, une mauvaise image des produits locaux, des conditionnements parfois défaillants, une disponibilité réduite sur les marchés.
 
Cette situation pénalise durement les paysans togolais. Ils n’arrivent pas à écouler leur production et peinent à vivre dignement de leur travail.
 
Pour aider les producteurs à trouver des débouchés, notre partenaire togolais, l’Oadel, accompagné par l’association Elevages sans frontières (membre du CFSI), a ouvert une boutique-restaurant dans le quartier populaire de Bé, au cœur de Lomé. Les riverains peuvent y acheter ou consommer toute une gamme d’aliments produits et transformés au Togo (riz, farines enrichies pour les bébés, miel, jus de fruits, épices locales qui peuvent remplacer les bouillons importés, etc.).
 
L’Oadel travaille également avec les transformateurs pour tester et fournir de nouveaux emballages, de meilleure qualité et plus attrayants pour les consommateurs. L’étiquetage est amélioré en y ajoutant des informations nutritionnelles et un code barre pour la traçabilité.
 
3 000 familles bénéficient directement de cette action mais il reste beaucoup à faire ! Le système d’approvisionnement doit encore être optimisé pour éviter les ruptures de stock. Il faut également encourager les changements d’habitudes alimentaires en allant à la rencontre des ménages les moins aisés pour faire connaître ces produits locaux.
 
L’agriculture familiale togolaise tient un rôle central dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Votre générosité est indispensable pour poursuivre ces actions. D'avance merci pour votre engagement.

En savoir plus sur ce projet sur le centre de ressources www.alimenterre.org

Les donateurs du CFSI et l'Agence Française de Développement soutiennent cette initiative à hauteur de 32 223 € dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest »