Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
En Algérie, région de Wilaya : l’association El Ghaith encourage les jeunes à devenir acteurs de leur histoire | Comité Français pour la Solidarité Internationale

En Algérie, région de Wilaya : l’association El Ghaith encourage les jeunes à devenir acteurs de leur histoire

© El Ghaith

Un collectif en faveur des droits de l’enfant

L’association El Ghaith lutte depuis 18 ans contre la pauvreté et l’exclusion par l’éducation de la petite enfance et l’aide aux populations fragilisées, dans la région de la Wilaya de Bordj Bou Arreridj (région qui s’étend du sud de la Kabylie à la région des hauts plateaux).

Dans le cadre du programme Joussour, El Ghaith anime depuis février 2015 un collectif en faveur des droits de l’enfant et de la citoyenneté.

L’association souhaite rendre les citoyens acteurs de leur histoire en développant « leurs capacités à participer et à intervenir dans la vie publique, à agir sur le quotidien et à réaliser collectivement des actions d’amélioration des conditions de vie et de l’environnement ». Ce projet a pour vocation la création d’une véritable dynamique collective dans un milieu rural isolé.

Ainsi, les 8 associations membres du collectif ont été placées dans une démarche active et volontaire, tournée vers leur propre autonomisation et auto-formation. En travaillant ensemble, elles ont identifié 5 besoins prioritaires auprès de la population locale.

6 micro-projets pour la sensibilisation et la protection de la jeunesse

Cette collaboration a abouti au lancement de 6 micro-projets, tous viables et soutenus localement par les pouvoirs publics et des partenaires (services de sécurité civile, services de santé, universités…) :

‒     intégration du handicap à l’école : aménagement d’espace de rééducation fonctionnelle et formation des membres de l’association porteuse ;

‒     lutte contre les accidents de la route : création d’un circuit d’apprentissage, organisation de journées de sensibilisation animées par la gendarmerie, la sureté nationale et la protection civile ;

‒     implication des parents tout au long du parcours scolaire de leurs enfants : sensibilisation par le théâtre, concours de dessin… ;

‒     protection de l’environnement avec la création d’une école écologique : aménagement de l’école avec des panneaux solaires et un système de tri sélectif ;

‒     réduction du gaspillage des ressources : création de planches pédagogiques sur la gestion comparative du gaz et de l’électricité, sensibilisation par des chercheurs d’université ;

Enfin, le dernier projet avait pour objectif d'offrir une couverture médiatique sur l’avancée des autres projets : vidéos, réseaux sociaux, banderoles.

© El Ghaith 

Une expérience réussie qui dynamise les territoires

3 000 enfants et 4 640 adultes ont participé directement à ces actions.

Les associations ont développé des compétences en recherche de financements, montage de projets et prise de décision collégiale.

En plus de valoriser l’action de populations réputées marginalisées, les pouvoirs publics ont décidé de renouveler leur participation financière et leur soutien aux projets à l’avenir.

Cette initiative fait partie du programme Joussour cofinancé par le CFSI, l’Agence française de développement et la Fondation de France. Pour poursuivre des actions similaires, soutenez le CFSI !