Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Nos actions | Comité Français pour la Solidarité Internationale

bannière programme

Promouvoir une économie au service de l'Homme

Au Cambodge : une assurance santé au bénéfice des plus pauvres

09/12/2011
© GRET - SKY - Cambodge
Comment bénéficier d'une assurance santé alors que l’on gagne moins de 1.5 euros par jour ? Un problème de santé survient et toute une famille est menacée. Pour pallier l'absence de protection sociale et limiter la vulnérabilité des familles cambodgiennes, le GRET, membre du CFSI, est engagé depuis plusieurs années dans la création d’un système de micro-assurance santé : « SKY ». L’objectif est de couvrir les risques de santé les plus graves, et de faciliter et encourager l’accès à une gamme de soins large, à la qualité contrôlée.

Comment bénéficier d'une assurance santé alors que l’on gagne moins de 1.5 euros par jour ? Un problème de santé survient et toute une famille est menacée. Pour pallier l'absence de protection sociale et limiter la vulnérabilité des familles cambodgiennes, le GRET, membre du CFSI, est engagé depuis plusieurs années dans la création d’un système de micro-assurance santé : « SKY ». L’objectif est de couvrir les risques de santé les plus graves, et de faciliter et encourager l’accès à une gamme de soins large, à la qualité contrôlée.

Aujourd’hui, SKY propose  des services de micro-assurance santé aux populations rurales dans trois provinces (Kandal, Takeo, Kampot) et aux familles de classe moyenne dans la capitale Phnom Penh.

SKY travaille aujourd’hui avec plus de 80 dispensaires et 12 hôpitaux nationaux. Les services proposés couvrent à la fois les soins primaires et l’hospitalisation. Les médicaments, examens complémentaires, analyses médicales, frais de transport en cas d’hospitalisation, ainsi qu’un petit capital décès, sont inclus.

En 2011, SKY assure 73 000 personnes dont 85 % en milieu rural. 110 agents de terrain recrutés dans les villages assurent la collecte des primes et le suivi des assurés. Le prix moyen de la prime par personne s’élève à 2,60 euros par an.

Localement reconnu par le Ministère de la santé comme un maillon essentiel de la protection sociale santé, l’enjeu du projet soutenu par le CFSI est d’assurer la pérennité institutionnelle et financière de SKY.

Cette année, le CFSI soutient ce projet à hauteur de 10 000 €.

Promouvoir une économie au service de l'Homme

Au Mozambique, assurer un avenir à la jeunesse

09/12/2011
© Essor - Mozambique
En quelques décennies, le continent africain a subi une croissance démographique urbaine rapide et incontrôlée. Le Mozambique n’échappe pas à ce phénomène, notamment à Maputo et à Beira qui font face à une dégradation des conditions de vie et de santé (taux de prévalence du Sida qui s’élève à près de 27 % à Beira pour une moyenne nationale de 12,5 %). Le taux de chômage demeure très élevé dans le pays, en particulier chez les jeunes : près d’un jeune de moins de 20 ans sur deux recherche un emploi.

En quelques décennies, le continent africain a subi une croissance démographique urbaine rapide et incontrôlée. Le Mozambique n’échappe pas à ce phénomène, notamment à Maputo et à Beira qui font face à une dégradation des conditions de vie et de santé (taux de prévalence du Sida qui s’élève à près de 27 % à Beira pour une moyenne nationale de 12,5 %). Le taux de chômage demeure très élevé dans le pays, en particulier chez les jeunes : près d’un jeune de moins de 20 ans sur deux recherche un emploi.

Essor, membre du CFSI, a soutenu pendant plusieurs années des initiatives d’orientation et d’insertion professionnelle des jeunes issus de milieux défavorisés. Cette action est conduite en relation avec le ministère mozambicain du travail, des organisations de formation ainsi que le monde des entreprises. Ce rapprochement a conduit à développer des possibilités d’accès à l’emploi et à des formations ou des stages dans secteurs  où existent des demandes comme l’industrie, l’automobile, l’hôtellerie, l’éducation, la petite enfance. Il a également permis de soutenir en 2011 la création d’activités : salon de coiffure, restauration, vente de matériel scolaire, épiceries, services informatiques, café internet, réparation automobile, vente de produits alimentaires, etc.

La réalisation de formations et l’accompagnement à la création de micro-entreprises encourage et consolide ces initiatives économiques. La mise à disposition d’une pépinière et l’attribution de microcrédits complètent le dispositif pour faciliter l’installation et le démarrage des activités.

En 2 ans, plus de 1 000 jeunes ont bénéficié d’une formation. Près de 300 ont intégré une formation professionnelle. 450 ont effectué  un stage en entreprise. 290 ont suivi une formation à la création d’entreprise, 50 ont démarré leur activité.

Promouvoir une économie au service de l'Homme

En Birmanie : quand la micro-finance génère des revenus

18/10/2010
© IRD/MOIZO
L’Etat de Chin, en Birmanie, est frontalier avec l’Inde. Il compte près de 450 000 habitants. L’économie est basée sur un système d’agriculture vivrière. Celle-ci est soumise à des conditions liées à la déforestation, l’érosion des sols entraînant une diminution des terres cultivables.

L’Etat de Chin, en Birmanie, est frontalier avec l’Inde. Il compte près de 450 000 habitants. L’économie est basée sur un système d’agriculture vivrière. Celle-ci est soumise à des conditions liées à la déforestation, l’érosion des sols entraînant une diminution des terres cultivables.

Les habitants doivent développer de nouvelles activités comme le montre Daw Hau Lum. Veuve à 39 ans, elle élève seule ses 4 enfants. Pour s’en sortir, elle a décidé d’adhérer à une institution de micro finance. Avec les prêts octroyés, elle a augmenté le stock de son échoppe. Progressivement, elle rembourse son emprunt. La marge de 10 %, qu’elle dégage, sert à acheter chaque année 18 sacs de riz destinés à la consommation familiale. Elle investit dans des activités agricoles, comme par exemple un poulailler.

Les formations en gestion proposées en accompagnement de son crédit ne sont pas étrangères à son succès. Elle a appris à mieux gérer son magasin et à établir des prévisions. Elle a osé prendre quelques risques en achetant une machine à coudre. De nouvelles activités en perspective lui permettront de disposer de revenus complémentaires pour que ses enfants continuent d’aller à l’école.

Ce projet est réalisé par le GRET, association membre du CFSI. Il s’inscrit dans le cadre du programme « Economie sociale et solidaire ». Le CFSI apporte un soutien de 20 000 euros sur deux ans.

Promouvoir une économie au service de l'Homme

Au Vietnam, un commerce équitable local se met en place

08/10/2010
© Batik International
La province de Ha Giang est l’une des plus pauvres du Viet-Nam. 80 % de la population appartient à l’une des 22 minorités ethniques.

La province de Ha Giang est l’une des plus pauvres du Viet-Nam. 80 % de la population appartient à l’une des 22 minorités ethniques. Fortement isolée, elle essaie de survivre dans des conditions difficiles grâce à l’agriculture et à l’exploitation forestière. Dans deux villages de la province, les femmes ont eu l’idée de mettre en avant leur savoir-faire pour confectionner et vendre des costumes traditionnels. Fin 2008, le CFSI a décidé d’appuyer Batik International, association membre du CFSI. 30 femmes de deux villages isolés ont bénéficié de formation pour améliorer la qualité des produits et leur commercialisation. Au sein des villages, le statut des femmes s’est amélioré car elles contribuent au revenu des ménages. Le CFSI a décidé fin 2010 de poursuivre son soutien. Cet appui renforcera les compétences de 60 femmes et les aidera à diversifier les débouchés commerciaux. 8 partenariats commerciaux devraient être conclus avec des entreprises locales. Dans ce cadre, un code de conduite sera rédigé avec ces coopératives féminines pour qu’elles disposent d’un outil de négociation avec leurs acheteurs de façon à garantir des revenus équitables.

Ce projet est réalisé par Batik International, association membre du CFSI, en partenariat avec des organisations vietnamiennes. Il s’inscrit dans le cadre du programme « économie sociale et solidaire». Chaque année, le CFSI mobilise plus de 60 000 euros auprès de ses donateurs pour soutenir des initiatives concrètes en faveur d’une économie au service de l’Homme.

<