Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Nos actions | Comité Français pour la Solidarité Internationale

bannière programme

Nourrir le monde

Au Sénégal : avec l’agriculture urbaine, lutter durablement contre la faim

19/03/2018
Femmes se partageant des plants en pot © CEEDD
Depuis 2015, le CFSI accompagne, avec le soutien de la Fondation de France, le Centre d’écoute et d’encadrement pour un développement durable (CEEDD) et ses partenaires.

Depuis 2015, le CFSI accompagne, avec le soutien de la Fondation de France, le Centre d’écoute et d’encadrement pour un développement durable (CEEDD) et ses partenaires. Pour lutter contre la malnutrition, le projet déploie la micro-agriculture dans les jardins des familles pauvres de la ville de Thiès au Sénégal.

De l’autoconsommation à la distribution de paniers bio via la création de coopératives gérées par des femmes

Formées aux méthodes biologiques de production, conservation et transformation des produits du potager, les femmes ont créé des coopératives pour la vente des surplus. Elles veulent réduire au maximum les dépenses et les impacts environnementaux. C’est pourquoi elles recyclent les déchets, utilisent du compost, des semences paysannes et des matériaux de récupération (pneus, bidons, palettes en bois), gèrent l'eau de façon rationnelle.

Grâce à la transmission des pratiques entre femmes, cette initiative fait tâche d’huile. En parallèle, les actions de plaidoyer qu’elles mènent en direction des autorités, poussent la ville de Thiès à inscrire ses actions dans une stratégie de développement durable.

Les résultats sont parlants. Aujourd’hui, 360 femmes démunies de zones urbaines et péri-urbaines ont bénéficié de formations (construction de tables de jardinage, traitement des sols, production et transformation de légumes, fruits et plantes aromatiques…) et 6 coopératives sont désormais autogérées et autonomes.

Des jardins individuels aux quartiers végétalisés de Thiès

Le projet suscite l’enthousiasme des populations : les communes de Thiès mettent à disposition du CEEDD des espaces publics pour y installer des jardins partagés ou des lieux de transformation et de vente. Une dizaine d’écoles élémentaires ont émis le souhait de créer des jardins scolaires pour sensibiliser et initier les élèves.

Pour faire face à la demande, le CEEDD voudrait étendre le projet à d’autres quartiers candidats à la végétalisation, avec le soutien institutionnel, logistique et financier du Conseil du département et de la Direction régionale et, pour les aspects scientifiques et techniques, du service départemental de l’Agriculture et de la direction régionale des Eaux et Forêts.

L’ambition du CEEDD est de tripler le nombre de productrices ainsi que les volumes de la production et de la consommation des produits issus de l’agriculture urbaine saine et durable dans le département de Thiès d’ici 2021.

Ce projet fait partie des projets sélectionnés dans le cadre du programme CFSI-Fondation de France « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest ». Pour soutenir de nouvelles initiatives, le CFSI a besoin de votre soutien. Faîtes un don !

 

Nourrir le monde

Au Togo : privilégier la vente en circuit court pour valoriser le riz local

20/12/2017
photo de groupe lancement du riz Maman Zio © Élevages sans frontières
Au Togo, la production traditionnelle extensive, la dépendance aux intrants chimiques, la mauvaise maîtrise de l’eau et la pauvreté des sols, freinent le développem

Au Togo, la production traditionnelle extensive, la dépendance aux intrants chimiques, la mauvaise maîtrise de l’eau et la pauvreté des sols, freinent le développement de la production rizicole. Or, la mise en place de systèmes d’exploitation résilients augmenterait les rendements de 50%.

À destination des ménages pauvres des villes de Tsévié et de Lomé, la marque « Maman Zio » valorise un produit local de qualité, commercialisé en circuit court.

Élevages sans frontières et ses partenaires togolais, soutenus par le CFSI, ont créé cette marque de riz issu d’un mode de production agroécologique et étuvé de façon à conserver sa valeur nutritive. L’innovation consiste à améliorer la culture en digue et à la coupler avec de l’élevage de ruminants pour la production naturelle de compost.

  • 1 125 familles, membres des coopératives rizicoles, commercialisent ce riz via un pôle de transformation et commercialisation. Les producteurs participent à des ateliers de formation et d’échanges et reçoivent un matériel adapté.
  • 120 éleveurs sont accompagnés pour améliorer leur bergerie et développer leur cheptel.

Ce projet fait partie des initiatives soutenues dans le cadre du programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao)  porté par le CFSI et la Fondation de France et soutenu par l’Agence française de développement. Pour que ce type d’innovations se développe et perdure, le CFSI a besoin de vous ! Faites un don.

Pour en savoir plus sur le projet.

Nourrir le monde

En Basse Guinée : contre l’insécurité alimentaire, redonner de l’autonomie aux femmes

15/12/2017
Portrait de femme Guinée © Anyway Audiovisuel, Guinée 44
Dans la région de Kolaboui, à l’Ouest de la Guinée, les populations rurales et agricoles ne mangent pas régulièrement à leur faim.

Dans la région de Kolaboui, à l’Ouest de la Guinée, les populations rurales et agricoles ne mangent pas régulièrement à leur faim. Faute de conditions de conservation adéquates, 40 % des récoltes sont perdues.

La transformation des produits locaux apporte des réponses à ce problème de conservation et, de plus, permet d’étaler la période de mise en marché et de bénéficier de prix plus rémunérateurs. Ces activités sont cependant considérées comme secondaires car portées par les femmes. Ces dernières, peu organisées, manquent de compétences et peinent à accéder aux moyens financiers pour une production de qualité et à plus grande échelle.

Accroître l’autonomie économique et le leadership des femmes

L’association de solidarité internationale Guinée 44, membre du CFSI, et ses partenaires, accompagnent une coopérative de femmes spécialisée dans la transformation et la commercialisation des produits locaux. Après une première expérience réussie, depuis 2011, de transformation des fruits en jus, la coopérative produit et commercialise une gamme variée de confitures (ananas, mangue) et de fruits secs (coco, ananas...).

En 2016, l’objectif est de former les 64 femmes de la coopérative ainsi que 5 jeunes filles de Kolaboui en formation professionnelle, aux respect des normes exigées pour une transformation de qualité. Grâce à un accompagnement en marketing, elles projettent de nouer des partenariats commerciaux avec des producteurs locaux et des commerces des principales villes. Enfin, elles participent activement à la gestion de la coopérative et apprennent à en améliorer le fonctionnement comptable et juridique.

Ce projet fait partie des initiatives soutenues dans le cadre du programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao)  porté par le CFSI et la Fondation de France, et soutenu par l’Agence française de développement. Pour que ce type de projet perdure et se multiplie, le CFSI a besoin de vous ! Faites un don.

Crédit photo : © Anyway Audiovisuel 

Nourrir le monde

Burkina Faso : former et accompagner, la clé du succès pour l'entrepreneuriat des femmes

08/06/2017
Pendant la formation à Ouarkoye, Burkina © Gret
Le CFSI soutient, dans le cadre du programme Pafao, le Gret au Burkina Faso.

Le CFSI soutient, dans le cadre du programme Pafao, le Gret au Burkina Faso. Un vaste programme de formation s’adresse à 17 groupements de femmes transformatrices. L’objectif est d’améliorer la production, la qualité et la mise sur le marché d’une gamme de produits traditionnels appréciés des consommateurs : bouillie infantile, biscuit de manioc, mélange d’épices « soumbala », savon au karité et au miel, etc.

Les techniques de transformation, de vente et de gestion n’ont plus de secrets pour ces 165 femmes. Dix d’entre elles ont même obtenu le Certificat de qualification professionnelle délivré par le lycée Nazi Boni de Dédougou.

Les Journées de l’agroalimentaire ont primé deux des cinq produits nouvellement lancés sur le marché : le petit mil au soumbala et le biscuit de manioc (2ème prix d’une valeur de 125 000 FCFA soit 190 euros).

Grâce à ce projet, 12 groupements ont augmenté durablement leur production et leurs ventes, améliorant ainsi leur chiffre d’affaires de 20 %.

La présidente du groupement Lonkionkwè de la commune de Toma témoigne : « Grâce à ce projet, j’ai été formée aux bonnes pratiques de production du beurre de karité. Je sais choisir les amandes qui ont un bon rendement. J’ai également acquis des bases en gestion. Désormais, je peux mieux organiser mon groupement, mieux attirer la clientèle et améliorer mes ventes ».

Pour soutenir nos projets, faites un don

<