Array
(
    [newsletters] => Array
        (
            [#type] => value
            [#value] => Array
                (
                    [1629] => 1
                )

        )

    [mail] => Array
        (
            [#title] => Email
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#maxlength] => 128
            [#weight] => 10
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Courriel
        )

    [subscribe] => Array
        (
            [#type] => submit
            [#value] => Je m'abonne
            [#weight] => 20
        )

    [prenom] => Array
        (
            [#title] => Prénom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 11
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Prénom
        )

    [nom] => Array
        (
            [#title] => Nom
            [#type] => textfield
            [#size] => 20
            [#weight] => 12
            [#required] => 1
            [#placeholder] => Nom
        )

    [#validate] => Array
        (
            [0] => at_newsletter_subscription_form_validate
        )

)
Risque climatique, défi alimentaire | Comité Français pour la Solidarité Internationale

Actualités

bannière programme

Risque climatique, défi alimentaire

03/09/2015
Risque climatique, défi alimentaire

Découvrez le numéro spécial d’Alternatives économiques, réalisé en partenariat avec le CFSI.

L’agriculture fait figure d’accusée quand on parle climat. Elle est directement et indirectement responsable du quart des émissions globales de gaz à effet de serre. Mais elle est également une victime, quand frappent sécheresses et inondations. Si rien n’est fait pour réduire drastiquement les émissions, le nombre de personnes souffrant de la faim pourrait doubler d’ici à 2050, prévient le Giec. La question du climat exige de la solidarité car ce sont les plus pauvres, ceux dont l’empreinte écologique est pourtant la plus faible, qui sont les premiers touchés.

Comment changer de direction ? En repensant les modèles agricoles. Avec l’agroécologie, il est possible de nourrir l’humanité sans détruire la planète. Il faut également soutenir d’autres modes de distribution qui rapprochent les consommateurs des producteurs. Les initiatives foisonnent, il faut les renforcer.

Y arrivera-t-on ? Les échecs des précédentes conférences sont inquiétants. Mais des initiatives comme celles d’Alternatiba  en faveur de la justice climatique ou celles relayées dans le cadre du Festival ALIMENTERRE  nous donnent des raisons d’espérer.

AU SOMMAIRE :

Le système agroalimentaire actuel contribue fortement à l’effet de serre. Et il est très exposé au changement climatique. Deux bonnes raisons pour le changer.
> Face au réchauffement, réinventer l’agriculture

L’explosion de la demande de viande contribue fortement aux émissions de gaz à effet de serre. Mais abandonner l’élevage ne serait pas une solution.
> Faudra-t-il devenir tous végétariens ?

De l’agroécologie aux circuits courts, les pays du Sud et du Nord multiplient les initiatives pour développer des modes de production et de consommation durables.
> Il y a des alternatives !

L’agroécologie a pour avantage de répondre à la fois au défi climatique et à celui de l’emploi pour les pays du Sud, rappelle Sébastien Treyer, de l’Iddri.
> Le double dividende de l’agroécologie

Télécharger le n°349bis d'Alternatives économiques [1.45Mo.pdf]